Page:Sand - Correspondance 1812-1876, 5.djvu/104

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


bien, oui, quand même ! Vous n’êtes pas pour la chasteté, monseigneur, ça vous regarde. Moi, je dis qu’elle a du bon.

Et, sur ce, je vous embrasse de tout mon cœur et je vais faire parler, si je peux, des gens qui s’aiment à la vieille mode.

Vous n’êtes pas forcé de m’écrire quand vous n’êtes pas en train. Pas de vraie amitié sans liberté absolue.

À Paris, la semaine prochaine, et puis à Palaiseau encore, et puis à Nohant.


DXCVI

À M. LE BARON TAYLOR, À PARIS


Palaiseau, 15 décembre 1865.


Monsieur,

Vous m’avez arraché une promesse que je ne puis tenir ; vous et les éminents écrivains qui vous secondaient, vous étiez persuasifs, affectueux, indulgents, irrésistibles. Mais j’ai trop présumé de mes forces devant un devoir à remplir. Il y a des devoirs aussi envers le public. Il ne faut pas le leurrer d’un attrait qu’on se sent incapable de lui offrir. Vous auriez le regret de l’avoir convoqué pour lui montrer une personne timide et gauche qui resterait court. Mes enfants et mes amis ont bondi devant l’annonce de cette lecture. Ils s’y opposent de tout leur pouvoir. Ils