Ouvrir le menu principal

Page:Sand - Correspondance 1812-1876, 3.djvu/72

Cette page a été validée par deux contributeurs.
69
CORRESPONDANCE DE GEORGE SAND

cette disposition de mon âme ne s’est point modifiée depuis deux mois.

Je vois l’Europe civilisée se précipiter, par l’ordre de la Providence, dans la voie des grandes luttes. Je vois l’idée de l’avenir aux prises avec le passé. Ce vaste mouvement est un immense progrès, après les longues années de stupeur qui ont marqué un temps d’arrêt dans la forme des sociétés opprimées. Ce mouvement, c’est l’effort de la vie qui veut sortir du tombeau et briser la pierre du sépulcre, sauf à se briser elle-même avec les débris. Il serait donc insensé de désespérer ; car, si Dieu même a soufflé sur notre poussière pour la ranimer, il ne la laissera pas se disperser au vent. Mais est-ce une résurrection définitive vers laquelle nous nous élançons, ou bien n’est-ce qu’une agitation prophétique, un tressaillement précurseur de la vie, après lequel nous dormirons encore un peu de temps, d’un sommeil moins lourd, il est vrai, mais encore accablés d’une langueur fatale ? Je le crains.

Quant à la France, la question est arrivée à son dernier terme et se pose sans détour, sans complication, entre la richesse et la misère. Elle pourrait encore se résoudre pacifiquement ; les prétendants ne sont point des incidents sérieux, ils s’évanouiront comme des bulles d’écume à la surface du flot. La bourgeoisie veut régner. Depuis soixante ans, elle travaille à réaliser sa devise : Qu’est-ce que le tiers état ? rien. Que doit-il être ? tout. Oui, le tiers état veut être tout dans l’État, et le 24 février l’a débarrassé de