Ouvrir le menu principal

Page:Sand - Correspondance 1812-1876, 3.djvu/373

Cette page a été validée par deux contributeurs.
370
CORRESPONDANCE DE GEORGE SAND

est bien autrement belle de sons que les nôtres, et il jouait des airs qui avaient beaucoup de caractère. Il y avait avec lui deux musiciens de Venise sans aucune couleur locale, et un jeune homme qui dansait très joliment, très sérieusement, et les yeux baissés, des cachuchitas et des jotas, d’une manière si pareille aux paysans maïorquins, et il en avait si bien les airs et le type, que j’aurais juré que c’en était un. Il m’a dit qu’il était de Tolède et qu’il dansait à la manière des gens de son pays. Alors c’est absolument la même chose qu’à Maïorque.

Je ne crois pas du tout qu’on ait joué Nello à Bruxelles. Tout au contraire, Hetzel le retire parce qu’on n’a pas maintenu les acteurs qu’on lui avait promis.

Ne reste pas trop longtemps, mon Bouli ; je t’embrasse comme je t’aime. Tes petits camarades t’embrassent aussi.


CCCLXVII

À MADAME AUGUSTINE DE BERTHOLDI, À VARSOVIE


Nohant, 28 octobre 1853.


Ma chère mignonne, je suis bien contente de te savoir arrivée en bonne santé, et installée chez de si excellents parents. Embrasse mon Georget, qui