Ouvrir le menu principal

Page:Sand - Correspondance 1812-1876, 3.djvu/37

Cette page a été validée par deux contributeurs.
34
CORRESPONDANCE DE GEORGE SAND

L’autre homme, c’est Lamartine, espèce de Lafayette naïf, qui veut être président de la République et qui en viendra peut-être à bout, parce qu’il ménage toutes les idées et tous les hommes, sans croire à aucune idée et sans aimer aucun homme. Il a eu les honneurs et le triomphe de la journée sans avoir rien fait.

Voici maintenant comment les choses se sont passées :

À deux heures, les trente mille ouvriers de Louis Blanc ont été au Champ de Mars, où l’on dit que Louis Blanc n’est point venu ; ce qui les a mécontentés et refroidis. À la même heure, de tous les coins de Paris, ont apparu la garde nationale bourgeoise et la banlieue, cent mille hommes au moins, qui ont été aux Invalides et n’ont fait que traverser pour se rendre à l’hôtel de ville en même temps que les ouvriers.

Ce mouvement s’est fait avec beaucoup d’art. Les ouvriers portaient des bannières sur lesquelles étaient écrites leurs formules : Organisation du travail, Cessation de l’exploitation de l’homme par l’homme.

Ils allaient demander au gouvernement provisoire de leur promettre définitivement la garantie de ce principe. On pense que, sur le refus de certains membres du gouvernement, ils auraient exigé leur démission. Ils l’auraient fait pacifiquement ; car ils n’avaient point d’armes, quoiqu’ils eussent pu en avoir, étant tous gardes nationaux.