Ouvrir le menu principal

Page:Sand - Correspondance 1812-1876, 3.djvu/324

Cette page a été validée par deux contributeurs.
321
CORRESPONDANCE DE GEORGE SAND

s’accomplissent. Le peuple n’est pas disposé à y intervenir. Elles passeront sur sa tête et s’affaisseront sur ses propres ruines. Alors le peuple s’éveillera de sa méditation, et, comme il sera le seul pouvoir survivant, le seul pouvoir qu’on ne peut pas détruire dès qu’il a commencé à respirer véritablement, il mettra par terre, sans fureur et sans vengeance, tous ces fantômes d’un jour qui ne pourront plus conspirer contre lui.

Mais cela ne fait pas les affaires des hommes d’action de ce temps-ci. Ils ne veulent pas s’abstenir, ils ne veulent pas attendre. Il leur faut un rôle et du bruit. S’ils ne font rien, ils croient que la France est perdue. La plupart d’entre eux ne se sont-ils pas imaginé qu’ils avaient sauvé la société dans les horribles journées de juin, en abandonnant la populace au sabre africain ? La populace ne l’a pas oublié, elle ne veut plus d’aucun parti, elle s’abstient, c’est son droit. Elle se méfie, elle en a sujet. Elle ne veut plus de politique, elle subit le premier joug venu et s’arrange pour ne pas se faire écraser dans la lutte, puisque c’est son destin éternel. Elle n’est pas si égoïste que l’on croit, elle voit plus loin, dans son épais bon sens, que nous dans nos agitations fiévreuses. Elle attend son jour, elle sent que les hommes d’aucun parti ne veulent ou ne peuvent le lui hâter. Elle sait qu’elle se fût fait mitrailler en décembre au profit de Changarnier, que Cavaignac et consorts eussent fait jonction avec une bonne partie de la bourgeoisie. Nous tombions dans