Ouvrir le menu principal

Page:Sand - Correspondance 1812-1876, 3.djvu/317

Cette page a été validée par deux contributeurs.
314
CORRESPONDANCE DE GEORGE SAND

renieront des chefs qui reviendraient vers elles avec la terreur en croupe.

Jusque-là, nous souffrirons, soit ! nous serons victimes, mais nous ne serons pas bourreaux. Il est temps que cette vieille question que Mazzini ressuscite soit vidée : la question de savoir s’il faut être politique ou socialiste. Il prononce qu’il faut être désormais purement politique. Je prononce dans mon âme qu’il faut être, quant à présent, socialiste non politique, et l’expérience des années qui viennent de s’écouler me ramène à mes premières certitudes. On ne peut être politique aujourd’hui sans fouler aux pieds le droit humain, le droit de tous. Cette notion du vrai droit ne peut pas s’incarner dans la conscience d’hommes qui n’ont pas d’autre moyen pour le faire prévaloir que de commencer par le violer. Quelque honnêtes, quelque sincères qu’ils soient, ils cessent de l’être dès qu’ils entrent dans l’action contemporaine. Ils ne peuvent plus l’être, à peine de recommencer l’impuissance du gouvernement provisoire. La logique du fait les contraint à admettre le principe des jésuites, de l’inquisition, de 93, du 18 brumaire et du 2 décembre. Qui veut la fin veut les moyens. Ce principe est vrai en fait, faux en morale, et un parti qui rompt avec la morale ne vivra jamais en France, malgré l’apparence d’immoralité de cette nation troublée et fatiguée.

Donc, la dictature est illégitime, devant Dieu et devant les hommes ; elle n’est pas plus légitime aux