Ouvrir le menu principal

Page:Sand - Correspondance 1812-1876, 3.djvu/30

Cette page a été validée par deux contributeurs.
27
CORRESPONDANCE DE GEORGE SAND

qu’il m’en souvienne, et, comme ces discussions finissaient amicalement, mon frère et moi, nous vous appelions le docteur Guillotin ; ce qui ne vous fâchait point.

Depuis, vous êtes entré dans un système de modération dynastique que je n’ai jamais compris. Nous avions changé tous les deux. J’avais avancé dans mon opinion, vous aviez reculé dans la vôtre. Mes amis combattaient dans les élections pour vous porter à la Chambre comme l’expression de leurs idées. Je trouvais qu’ils se trompaient, je le leur disais ; mais je n’essayais point de les arrêter, parce que vous étiez excusé, à mes yeux, de votre tiédeur politique par le rôle d’homme honnête et charitable.

Votre ferveur républicaine a eu droit de m’étonner après le 24 février ; vous avez changé encore une fois, je le veux bien, et j’admets que vous ayez été sincère, je veux le croire, d’autant plus que je vous vois, depuis quelques jours, voter avec l’extrême gauche ; mais j’ai été parfaitement fondée jusque-là à ne vous point croire républicain, et je ne me suis point gênée pour le dire, lorsque l’occasion s’est rencontrée.

Mais, en même temps que j’ai le droit de dire ce que je pense, et de penser ce que je crois vrai, je ne crois point avoir celui de me mêler à des intrigues et à des manœuvres électorales ; c’est ce que je n’ai jamais fait, c’est ce que je ne ferai jamais. Mon rôle de femme s’y oppose, ma conscience me le défend, et, si j’étais homme, je ne me croirais pas dispensée de