Ouvrir le menu principal

Page:Sand - Correspondance 1812-1876, 3.djvu/29

Cette page a été validée par deux contributeurs.
26
CORRESPONDANCE DE GEORGE SAND

nourri et assisté plus de pauvres qu’aucune autre dans l’arrondissement. Enfin cette démonstration était faite en votre nom. Je ne m’en suis point préoccupée ; mais je me suis réservé le droit de vous en demander l’explication, aussitôt qu’il me serait possible de vous voir.

Je provoquerai ces explications en vous en donnant sur mon compte, que je défie personne de démentir, et je veux vous les donner, parce que certainement vous avez cru, en dirigeant sur Nohant une démonstration hostile, répondre à quelque hostilité de ma part. S’il en était ainsi, vous seriez peu excusable d’avoir voulu exercer des représailles avant de vous être assuré de quelque provocation de ma part. Je vous dirai donc très franchement (en vous annonçant que je vais à Nohant attendre vos bandes dévouées) que je n’ai jamais, depuis assez longtemps, eu la moindre confiance dans votre conduite politique.

Ce n’est pas d’hier que nous nous connaissons. Nous avons été intimement liés dans notre jeunesse, et, à cette époque, vous alliez beaucoup plus loin que moi dans vos idées révolutionnaires ; j’avais alors très peu étudié la Révolution et je n’acceptais point la guillotine, que, du reste, je n’ai jamais acceptée et n’accepterai jamais. À cette époque pourtant, vous admiriez sans réserve Robespierre, Couthon et Saint-Just, que j’ai appris aussi à admirer depuis, sauf l’application excessive et sanglante de leur théorie. Nous nous sommes chamaillés assez souvent sur ce point pour