Ouvrir le menu principal

Page:Sand - Correspondance 1812-1876, 3.djvu/28

Cette page a été validée par deux contributeurs.
25
CORRESPONDANCE DE GEORGE SAND


CCLXXIII

À M. CHARLES DELAVEAU, À LA CHÂTRE


Paris, 13 avril 1848.


Mon cher Delaveau,

Je regrette que vous ayez pris la peine de venir chez moi pour ne pas me rencontrer. C’est la faute de Duplomb, que j’avais chargé de vous demander pour moi cette entrevue, en le priant de me faire savoir si l’heure et le jour vous convenaient. Ne recevant de lui aucun avis, j’ai pensé qu’il n’avait pas encore pu vous voir.

Ma soirée de demain n’est pas libre et je pense m’absenter après-demain pour quelques jours. Je viens donc, tout en vous remerciant d’avoir répondu à mon appel, vous mettre, par écrit, au courant de l’objet de l’explication que je désirais avoir avec vous de vive voix.

J’ai appris qu’au moment de nos élections, une manifestation avait été faite à Nohant par les ouvriers de la Châtre. Cette manifestation fort peu menaçante, je le sais, était pourtant hostile et les cris de À bas madame Dudevant ! À bas Maurice Dudevant ! À bas les communistes ! À bas les ennemis de M. Delaveau ! ont salué avec assez d’acharnement une maison qui a