Ouvrir le menu principal

Page:Sand - Correspondance 1812-1876, 3.djvu/228

Cette page a été validée par deux contributeurs.
225
CORRESPONDANCE DE GEORGE SAND

l’écoutais. Il chante juste et avec le vrai chic berrichon ; je l’ai emmené au salon et j’ai noté trois airs dont un fort joli ; après quoi, je l’ai fait bien boire et manger, là, tout son saoul. Il a été retrouver ses camarades, et, leur faisant tâter sa chemise toute trempée de sueur, il leur a dit : « J’ai jamais tant peiné de ma vie ! c’te dame et ce monsieur (c’était Muller) m’ont fait asseoir sur une chaise ; et puis les v’là de causer et de se disputer à chaque air que je leur disais ; et v’là qu’ils disaient que je faisais du bémol, du si, du sol, du diable, que j’y comprenais rien, et j’avais tant d’honte que je pouvais pus chanter. Mais, tout de même, je suis bien content, parce que, puisque je sais du bémol, du si, du sol et du diable, j’ai pus besoin d’être maçon. Je m’en vas aller à Paris, où on me fera bin boire, bin manger pour écouter mes chansons. »

Là-dessus, tous les autres maçons se sont mis à gueuler dans les corridors pour me faire entendre qu’ils savent tous chanter, depuis le maître maçon, qui chante du Donizetti comme un savetier, jusqu’au goujat, qui imite assez bien le chant du cochon. Mais ça ne me touche pas, et chacun envie le sort de Jean Chauvet.

Le calorifère va vite. On monte aujourd’hui l’appareil dans la cave, et c’est très ingénieux. M. Montelier dîne avec nous le dimanche, et nous régale des histoires les plus espérituelles. Mais, c’est égal, il est intelligent en diable dans sa partie. C’est un ouvrier très fort, et plein d’amour-propre, ce qui fait qu’il