Ouvrir le menu principal

Page:Sand - Correspondance 1812-1876, 3.djvu/156

Cette page a été validée par deux contributeurs.
153
CORRESPONDANCE DE GEORGE SAND

il faut s’en prendre aux hommes, faire du scandale, de la haine, du cancan même. Si on se borne à disserter, à prêcher, à expliquer, on ennuie et autant vaut se taire.

Émile de Girardin a la forme quand il veut ; il n’a pas le vrai fond. Louis Blanc a le fond et la forme. On ne s’en occupe point. Il se doit à lui-même d’écrire toujours, parce qu’il a un parti et qu’il ne peut l’abandonner après l’avoir formé. Mais, en dehors de son parti, il est sans action.

Et parlons de Louis Blanc maintenant, puisque vous le voulez. Pour moi, c’est lui qui a raison, c’est lui qui est dans le vrai. Vous me parlez de ses défauts personnels. Il a les siens, sans doute, et certainement Ledru-Rollin est plus conciliant, plus engageant, plus entouré, plus entourable, plus populaire par conséquent. Mais, dans la vie politique, Louis Blanc est un homme sûr. Que m’importe que, dans la vie privée, il ait autant d’orgueil que l’autre a de vanité, si, dans la vie publique, il sait sacrifier orgueil ou vanité à son devoir ? Je compte sur lui, je sais où il va, et je sais aussi qu’on ne le fera pas dévier d’une ligne. J’ai trouvé en lui des aspérités, jamais de faiblesse ; des souffrances secrètes, aussitôt vaincues par un sentiment profond et tenace du devoir. Il est trop avancé pour son époque, c’est vrai. Il n’est pas immédiatement utile, c’est vrai. Son parti est restreint et faible, c’est vrai ; il n’aurait d’action qu’en se joignant à celui de Ledru-Rollin. Mais voilà ce que je ne lui con-