Ouvrir le menu principal

Page:Sand - Correspondance 1812-1876, 3.djvu/135

Cette page a été validée par deux contributeurs.
132
CORRESPONDANCE DE GEORGE SAND

Voir page de discussion


CCXCIV

À JOSEPH MAZZINI, À FLORENCE


Nohant, 5 mars 1849.


Mon ami,

Je reçois aujourd’hui votre lettre de Florence. Je vous ai écrit à Florence à l’adresse de M. Cajali, il y a plusieurs jours. Êtes-vous bien sûr de me donner sans distraction et sans erreur les adresses que vous m’indiquez ? Vous m’avez désigné M. Cajali dans deux lettres différentes, à Marseille et à Florence. Est-ce vous qui preniez ce nom, ou bien est-ce un ami qui a ces deux domiciles ? Ne manquez pas à l’avenir d’être très précis ; car je crois que mes lettres se perdent ou éprouvent des retards.

Maintenant, Dieu merci, je puis vous écrire sous votre nom. C’est le signe de la liberté en Italie, et ce nom est comme celui de la République elle-même, qui se montre ou se cache, selon que Dieu se manifeste aux hommes par le patriotisme, ou se retire de leur cœur. Ah ! mon cher Joseph ! il s’est accompli de grandes choses chez vous et en partie grâce à vous, depuis la dernière lettre que je vous ai écrite. J’ignorais alors les événements de la Toscane, et tout ce qui se prépare en Piémont. Rome isolée me faisait