Ouvrir le menu principal

Page:Sand - Œuvres illustrées de George Sand, vol 4, 1853.djvu/269

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
106
HORACE.

n’avez guère à craindre, ce me semble, que je trouble la sérénité de ce ménage. Oh ! ne vous inquiétez pas, je vous en prie ; je n’ai pas le moindre désir de lui enlever sa femme, quoiqu’il m’ait enlevé ma maîtresse. Il s’est admirablement conduit envers elle et envers mon fils… puisque c’est mon fils ! Marthe ne m’a pas dit un mot de l’enfant, ni moi non plus, comme vous pouvez croire… Mais enfin, il est bien certain qu’un lien sacré, indissoluble, m’unit à elle, et que si jamais je fais fortune, je n’oublierai pas que j’ai un héritier. Je saurai donc récompenser indirectement Arsène des soins qu’il lui aura donnés ; et puisque c’est leur volonté de me retirer mes droits de père, je n’exercerai ma paternité que d’une façon mystérieuse, et pour ainsi dire providentielle. Vous voyez, mes bons amis, que je n’ai l’intention d’être ni si lâche ni si pervers que vous le pensiez ce matin ; que, loin d’être l’ennemi et le calomniateur de Marthe, je reste son admirateur, son serviteur et son ami. Je ne pense pas qu’Arsène puisse le trouver mauvais : en s’attachant à la femme qui m’avait appartenu, il a bien dû prévoir que je ne pouvais pas être mort pour elle, ni elle pour moi. C’est un homme sage et froid, qui ne la tyrannisera pas, puisqu’il me connaît. Quant à moi, je me sens relevé, consolé, et comme ressuscité par les événements de cette journée. J’ai été absurde et maussade ce matin. Oubliez cela, et regardez-moi désormais comme l’ancien Horace que vous avez aimé, estimé, et que le monde n’a pu ni avilir ni corrompre. Laissez-moi vous dire que j’aime Marthe plus que jamais, que je l’aimerai toute ma vie ; car je vous réponds qu’elle n’aura plus jamais à trembler ni à souffrir de mon amour, de même que vous n’aurez plus jamais rien à réprimer ni à condamner dans ma conduite envers elle. »

Tandis qu’Horace, au milieu de mille vanteries, de mille projets et de mille espérances, qui se contredisaient les unes les autres, nous faisait les plus hardies promesses de vertu et de raison, Marthe, rentrée chez elle avec son mari, lui racontait avec la plus grande franchise l’entrevue qu’elle avait eue avec lui. Arsène éprouva un grand effroi et un grand déchirement de cœur à cette nouvelle ; mais il n’en fit rien paraître, et il approuva d’avance tout ce que sa femme pouvait projeter.

« Es-tu donc d’avis, lui dit-elle, que je le revoie encore, et que je lui témoigne de l’amitié ?

— Je n’ai pas d’avis là-dessus, Marthe, répondit-il, tu ne lui dois rien ; cependant, si tu te décides à le voir, tu es forcée de le traiter doucement et amicalement. D’abord tu n’aurais peut-être pas la force d’être sévère et froide avec lui, et si tu l’avais, à quoi servirait de le manifester, à moins qu’il ne t’y contraignit par de nouvelles prétentions ? Tu me dis qu’il n’en a pas, qu’il n’en peut plus avoir, qu’il te demande seulement le pardon du passé et un peu de pitié généreuse pour son repentir ; si tu as lieu d’être satisfaite de sa manière d’être aujourd’hui avec toi, et de ne rien craindre de lui à l’avenir…

— Paul, dit Marthe en l’interrompant, tandis que tu me parles ainsi, ta figure est pâle et ta voix troublée : tu as de l’inquiétude au fond de l’âme ? »

Arsène hésita un instant, puis il lui répondit : « Je le jure devant Dieu, ma bien-aimée, que si tu n’en as pas toi-même, si tu te sens aussi calme et aussi heureuse que tu l’étais ce matin, je suis moi-même heureux et tranquille.

— Paul ! s’écria-t-elle, ce n’est pas à vous, que je chéris plus que tout au monde, que je voudrais faire un mensonge. Je ne me sens pas dans la même situation que ce matin. Je me trouve d’autant plus heureuse d’être à vous, que j’ai revu l’homme qui m’a fait un mal affreux ; mais je ne me suis pas sentie calme en sa présence, et à l’heure qu’il est, je suis encore agitée et bouleversée comme si j’avais vu la foudre tomber près de moi. »

Arsène garda le silence pendant quelques instants ; et quand il se sentit la force de parler, il pria Marthe de ne lui rien cacher et de lui expliquer le genre d’émotion qu’elle éprouvait, sans craindre de l’affliger ou de l’inquiéter.

« Il me serait tout à fait impossible de le définir, répondit-elle ; car depuis une heure je cherche en vain à le faire vis-à-vis de moi-même. Il me semble que c’est un sentiment de terreur douloureuse, un frisson comme celui qu’on éprouverait en regardant les instruments d’une torture qu’on aurait subie. Ce que je peux te dire avec certitude, c’est que tout, dans cette émotion, est pénible, affreux même ; qu’il s’y mêle de la honte, du remords de t’avoir si longtemps méconnu, le regret d’avoir tant souffert pour un homme si peu sérieux, une sorte de dégoût et de haine contre moi-même. Enfin cela me fait mal, sans le plus petit mélange de satisfaction et d’attendrissement : tout ce que dit cet homme semble affecté, vain et faux. Il me fait pitié ; mais quelle pitié amère et humiliante pour lui et pour moi ! Il me semble que quand tu le reverras tel qu’il est maintenant, élégant et malpropre, humble et prétentieux, flétri et puéril, tu ne pourras pas t’empêcher de me mépriser, pour t’avoir préféré ce comédien plus mauvais, hélas ! que tous ceux avec lesquels j’ai eu le malheur de jouer des scènes d’amour à Belleville. »

Marthe disait sincèrement ce qu’elle pensait, et ne faisait aucun effort hypocrite pour rassurer son époux. Cependant elle ne put dormir de la nuit. L’agitation que son début lui avait causée ajoutait à celle qu’Horace était venu lui imposer. Elle fit des rêves fatigants, durant lesquels elle s’imagina, à plusieurs reprises, être retombée sous sa domination funeste, et où les scènes cruelles du passé se représentèrent à son imagination plus violentes et plus horribles encore que dans la réalité. Elle se jeta plusieurs fois dans le sein d’Arsène avec des cris étouffés, comme pour y chercher un refuge contre son ennemi ; et Arsène, en la rassurant et en la bénissant de cet instinct de confiance et de tendresse, se sentit beaucoup plus malheureux que s’il l’eût trouvée indifférente au souvenir d’Horace.

À son lever, Marthe ayant pris son enfant dans ses bras pour oublier en le caressant toutes les angoisses de la nuit, la mère Olympe lui remit une lettre qu’Horace avait passé cette même nuit à lui écrire. Il me l’avait montrée avant de la lui faire porter : c’était vraiment un chef-d’œuvre, non-seulement de style et d’éloquence, mais de sentiments et d’idées. Jamais il n’avait été mieux inspiré pour s’exprimer, et jamais il n’avait semblé rempli d’instincts plus nobles, plus purs, plus tendres et plus généreux. Il était impossible de n’être pas subjugué par la grandeur de son mouvement et de ne pas ajouter foi à ses promesses. Il demandait ardemment le pardon, l’amitié, la confiance de Marthe et de Paul. Il s’accusait avec une entière franchise ; il parlait d’Arsène avec un enthousiasme bien senti. Il implorait, comme une grâce, de voir son fils en leur présence, et de le remettre lui-même, humblement et courageusement, entre les bras de celui qui l’avait adopté, et qui était plus digne que lui d’en être le père.

Paul trouva sa femme lisant cette lettre avec des yeux pleins de larmes.

« Tiens, lui dit-elle en la lui remettant, c’est une lettre d’Horace, et tu vois, elle me fait pleurer. Et cependant quelque chose me dit que ce ne sont là encore que des paroles comme il en sait dire. »

Arsène lut la lettre attentivement, et la rendant à sa femme avec une émotion grave ;

« Il est impossible, lui dit-il, que ce ne soit pas là l’expression d’un sentiment vrai et d’une résolution généreuse. Cette lettre est belle, et cet homme est bon malgré ses vices. Il m’est impossible de ne pas le croire meilleur qu’il ne sait le prouver par sa conduite. On ne parle pas ainsi pour se divertir. Il a pleuré en t’écrivant. Je t’assure que tu ne dois pas rougir de l’avoir cru plus fort et plus sage qu’il ne l’est : il avait toutes les intentions des vertus qu’il n’avait pas. Tu lui dois le pardon et l’amitié qu’il demande ; et si je t’en détournais, je te donnerais un conseil égoïste et lâche.

— Eh bien, je le verrai, mais en ta présence, répondit Marthe. La seule chose qui me fasse souffrir, c’est de penser qu’il verra Eugène, qu’il l’embrassera devant