Ouvrir le menu principal

Page:Sand - Œuvres illustrées de George Sand, vol 4, 1853.djvu/256

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
93
HORACE.

De ce moment, ainsi que l’avait prédit le marquis, sa victoire fut assurée ; et Horace, tout en la plaignant de sa prétendue douleur, tout en se réjouissant de n’avoir plus à en subir les violences, se sentit le plus faible, parce qu’il se crut le plus froid.

Les jeunes gens nobles du pays qui avaient composé la cour ordinaire de Léonie restèrent dans leurs châteaux pour s’y adonner au plaisir de la chasse durant l’automne ; et l’un d’eux, qui avait pris Horace en amitié, et qui le tenait sérieusement pour un grand homme, l’invita à venir achever la saison dans ses terres. Horace accepta cette offre avec plaisir. Son hôte était riche et garçon. Il avait peu d’esprit, aucune instruction, un bon cœur et de bonnes manières. C’était l’homme qu’Horace pouvait éblouir de son érudition et charmer par le brillant de son esprit, en même temps qu’il trouvait à profiter dans son commerce pour se former aux habitudes aristocratiques, dont il était alors plus que jamais infatué.

Son premier besoin fut d’oublier les semaines d’agitation pénible qu’il venait de subir, et la maison de Louis de Méran lui fut un lieu de délices. Avoir de beaux chevaux à monter, un tilbury à sa disposition, des armes magnifiques et des chiens excellents pour la chasse, une bonne table, de gais convives, voire quelques autres distractions dont il ne se vanta pas à moi après tout le mépris qu’il avait témoigné pour ce genre de plaisir, mais auxquelles il s’abandonna en voyant ses modèles les dandys vanter et cultiver la débauche : c’en fut assez pour l’étourdir et l’enivrer jusqu’aux approches de l’hiver. Comme il était réellement supérieur par son intelligence à tous ses nouveaux amis, il rachetait à force d’esprit le défaut de naissance, de fortune et d’usage, dont, au reste, on ne lui eût fait un tort que s’il en eût fait parade ; mais il s’en garda bien. Il craignit tellement de voir l’orgueil de ces jeunes gens s’élever au-dessus du sien, qu’il leur laissa croire qu’il était d’une bonne famille de robe, et jouissait d’une honnête aisance. L’exiguïté de sa valise donnait bien un démenti à ses gasconnades : mais il était en voyage ; c’était par hasard qu’il s’était arrêté dans ce pays, où il était venu seulement avec l’intention de passer quelques jours ; et pour rendre excusable aux yeux de Louis de Méran, la légèreté de sa bourse, qui était par trop évidente, il feignit plusieurs fois de vouloir partir, afin, disait-il, d’aller chercher au moins chez son banquier l’argent qui lui manquait.

« Qu’à cela ne tienne ! lui dit son hôte, qui avait le malheur de s’ennuyer lorsqu’il était seul dans son château, et pour qui Horace était une société agréable, ma bourse est à votre disposition. Combien vous faut-il ? Voulez-vous une centaine de louis ?

— Il ne me faut rien qu’une centaine de francs, s’écria Horace, à qui une offre aussi magnifique fit ouvrir de grands yeux, et qui jusque-là ne s’était tourmenté que de la manière dont il donnerait le pourboire aux laquais de la maison en s’en allant.

— Vous n’y songez pas ! lui dit son ami : nous allons avoir une grande réunion de jeunes gens, à l’occasion d’une sorte de fête villageoise où nous allons tous, et où nous passons quelquefois huit jours en parties de plaisir. On y joue un jeu d’enfer. Il faudra que vous puissiez jeter quelques poignées d’or sur la table, si vous ne voulez, vous, inconnu dans la province, passer pour une espèce. »

Bien qu’Horace sût parfaitement qu’il ne pourrait jamais rendre cet argent, à moins d’être heureux au jeu, il n’eut pas plus tôt entrevu cette chance de succès, qu’il s’y confia aveuglément, et accepta les offres de son ami. Il n’avait jamais joué de sa vie, parce qu’il n’avait jamais été à même de le faire, et il ignorait tous les jeux excepté le billard, où il était de première force, ce qui lui avait valu l’estime de plusieurs des graves personnages au milieu desquels il s’était lancé. Il eut bientôt compris la bouillotte en les voyant s’y exercer, et le jour de la fête, il débuta avec passion dans cette nouvelle carrière d’émotions et de périls. Il eut, pour son malheur à venir, un bonheur insolent ce jour-là. Avec cent louis il en gagna mille. Il se hâta de restituer la somme première à Louis de Méran, mit de côté quatre cents louis, et continua à jouer les jours suivants avec les cinq cents autres. Il perdit, regagna, et, après plusieurs fluctuations de la fortune, retourna enfin au château de Méran avec dix-sept mille francs en or et en billets de banque dans sa valise. Pour un jeune homme qui avait de grands besoins d’argent, et qui n’avait jamais connu qu’un sort précaire, c’était une fortune. Il en pensa devenir fou de joie, et je crois bien qu’à partir de là il le devint réellement un peu. Il vint nous voir pour nous faire part de son bonheur, et ne songea pas à me restituer cent cinquante louis qu’il me devait. Je n’osai le lui rappeler, quoique je fusse assez gêné ; je regardais comme impossible qu’il l’oubliât. Cependant il ne s’en souvint jamais, et je le lui pardonne de tout mon cœur, certain que sa volonté n’y fut pour rien. L’empressement avec lequel il vint m’annoncer sa richesse en est la meilleure preuve. Son premier soin fut d’envoyer cent louis à sa mère ; mais il n’osa pas lui dire que c’était l’argent du jeu : la bonne femme s’en fût effrayée plus que réjouie. Il lui manda que c’était le prix de travaux littéraires auxquels il se livrait dans mon ermitage, et qu’il envoyait à Paris à un éditeur.

« Je prétends, me dit-il en riant, la réconcilier avec la profession d’homme de lettres, qu’elle avait tant de regret à me voir embrasser, et qu’elle va désormais regarder comme très-honorable. Dans quelques mois je lui enverrai encore un millier de francs, ainsi de suite, tant que j’aurai de l’argent. Que ne puis-je lui faire passer dès aujourd’hui la somme entière ! Je serais si heureux de pouvoir m’acquitter en un instant des sacrifices qu’elle fait pour moi depuis que j’existe ! Mais elle comprendrait si peu ce qui m’arrive, qu’elle me demanderait des explications impossibles ; et les gens de ma province, qui sont aussi judicieux que charitables, voyant la mère Dumontet remonter sa vaisselle et acheter des robes à sa fille, en concluraient certainement que, pour procurer à ma famille une telle opulence, il faut que j’aie assassiné quelqu’un. Il est vrai que mon bon père, qui se pique un peu de belles-lettres, voudra lire de ma prose imprimée. Je lui dirai que j’écris sous un pseudonyme, et je couperai, dans un volume de quelque poète mystique allemand nouvellement traduit, une centaine de pages que je lui enverrai en lui disant qu’elles sont de moi. Il n’y verra que du feu, et il les montrera à tous les beaux esprits de sa petite ville, qui, n’y comprenant goutte, reconnaîtront enfin que je suis un homme supérieur. »

En disant ces folies, Horace, qui se moquait parfois de lui-même de fort bonne grâce, éclata de rire. C’était la vérité qu’il eût envoyé tout son argent à sa mère s’il eût pu le faire à l’instant même sans l’effrayer. Son cœur était généreux ; et s’il se réjouissait tant d’être riche, ce n’était pas tant à cause de la possession, qu’à cause de l’espèce de victoire remportée sur ce qu’il appelait son mauvais destin. Malheureusement il ne songea plus à ses résolutions le lendemain. Sa mère ne reçut plus rien de lui, et tous ses créanciers de Paris furent également oubliés. Il ne lui resta, de cet instant de dévouement enthousiaste, qu’une sorte d’orgueil insensé et bizarre, qui consistait à croire à son étoile en fait de succès d’argent, comme Napoléon croyait à la sienne en fait de gloire militaire. Cette confiance absurde en une providence occupée à favoriser ses caprices, et en un dieu disposé à intervenir dans toutes ses entreprises, le rendit vain et téméraire. Il commença à mener le train d’un jeune homme pour qui quinze mille francs auraient été le semestre d’une pension de trente mille. Il acheta un cheval, sema les pièces d’or à tous les valets de son hôte, écrivit à Paris à son tailleur qu’il avait fait un héritage, et qu’il eût à lui envoyer les modes les plus nouvelles. Quinze jours après, il se montra équipé le plus ridiculement du monde. Ses amis se moquèrent de cet accoutrement de mauvais goût, et lui conseillèrent de destituer son tailleur du quartier latin pour une célébrité de la fashion. Il distribua aussitôt sa nouvelle garde-robe aux piqueurs