Ouvrir le menu principal

Page:Sand - Œuvres illustrées de George Sand, vol 4, 1853.djvu/248

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
85
HORACE.

séductions qu’il voulait nous faire admirer chez la vicomtesse. Eugénie, qui avait été sa couturière, et qui avait vu sa beauté, ses belles manières et son grand esprit en déshabillé, s’obstinait à ne pas partager cet enthousiasme et à déclarer cette femme hautaine dans sa familiarité, sèche et blessante jusque dans ses intentions protectrices. Le souvenir de Marthe, l’indignation qu’Eugénie éprouvait secrètement de la voir oubliée si lestement, rendirent ses contradictions un peu amères. Horace s’emporta, et la traita comme une péronnelle, qui devait du respect à madame de Chailly, et qui l’oubliait. Il affecta de lui dire qu’elle ne pouvait pas comprendre le charme d’une femme de cette condition et de ce mérite. « Mon cher Horace, lui répondit Eugénie avec la plus parfaite douceur, ce que vous dites là ne me fâche pas. Je n’ai jamais eu la prétention de lutter dans votre estime contre qui que ce soit. Si, en vous disant mon opinion avec franchise, je vous ai blessé, mon excuse est dans l’intérêt que je vous porte et dans la crainte que j’ai de vous voir tourmenté et humilié par cette belle dame, qui a joué beaucoup d’hommes aussi fins que vous, et qui s’en vante même devant ses habilleuses ; ce que j’ai trouvé, quant à moi, de mauvais goût et de mauvais ton. »

Horace était de plus en plus irrité. Je tâchai de le calmer en insistant sur la vérité des assertions d’Eugénie, et en le suppliant pour la dernière fois de bien réfléchir avant de s’exposer aux railleries de la vicomtesse. Ce fut alors que, blessé de cette idée, et ne pouvant plus se contenir, il nous ferma la bouche en nous annonçant dans des termes fort clairs, qu’il ne courait plus le risque d’être éconduit honteusement, et que si la vicomtesse prenait fantaisie d’ajouter une dépouille à la brochette de victimes qu’elle portait à l’épingle de son fichu, il pourrait bien, lui aussi, attacher ses couleurs à la boutonnière de son habit.

« Vous ne le feriez pas, répliqua Eugénie froidement : car un homme d’honneur ne se vante pas de ses bonnes fortunes. »

Horace se mordit les lèvres ; puis, il ajouta, après un moment de réflexion :

« Un homme d’honneur ne se vante pas de ses bonnes fortunes tant qu’il en est fier ; mais quelquefois il s’en accuse, quand on le force à en rougir. C’est ce que je ferais, n’en doutez pas, envers la femme qui me pousserait à bout.

— Ce n’est pas le système de votre ami le marquis de Vernes, lui répondis-je.

— Le système du marquis, reprit Horace (et c’est un homme qui en sait plus que vous et moi sur ce chapitre), est d’empêcher qu’on se moque jamais de lui. Je n’ai pas la prétention de me faire son imitateur en adoptant les mêmes moyens. Chacun a les siens, et tous sont bons s’ils arrivent au même but.

— Je ne sais pas ce que pense là-dessus le marquis de Vernes, dit Eugénie ; mais, quant à moi, je suis sûre de ce que vous penseriez si vous vous trouviez dans un cas pareil.

— Vous plaît-il de me le dire ? demanda Horace.

— Le voici, répondit-elle. Vous pèseriez, dans un esprit de raison et de justice, les torts qu’on aurait eus envers vous, et ceux que vous seriez tenté d’avoir. Vous compareriez le tort qu’une femme peut vous faire en se vantant de vous avoir repoussé, et celui que vous lui feriez immanquablement en vous vantant de l’avoir vaincue ; et vous verriez que ce serait vous venger tout au plus d’un ridicule par un outrage. Car le monde (oui, j’en suis sûre, le grand monde comme l’opinion populaire) respecte la femme qui est respectée par son amant, et méprise celle que son amant méprise. On lui fait un crime de s’être trompée ; et il faut reconnaître que, sous ce rapport, les femmes sont fort à plaindre, puisque les plus prudentes et les plus habiles sont encore exposées à être insultées par l’homme qui les implorait la veille. Voyons, n’en est-il pas ainsi, Horace ? ne riez pas et répondez. Pour être écouté de la vicomtesse elle-même, que je ne crois pas très farouche, ne seriez-vous pas obligé d’être bien assidu, bien humble, bien suppliant pendant quelque temps ? Ne vous faudrait-il pas montrer de l’amour ou en faire le semblant ? Dites !

— Eugénie, ma chère, répliqua Horace, demi-troublé, demi-satisfait de ce qu’il prenait pour une interrogation détournée, vous faites des questions fort indiscrètes ; et je ne suis pas forcé de vous rendre compte de ce qui a pu ou de ce qui pourrait se passer entre la vicomtesse et moi.

— Je ne vous fais que des demandes auxquelles vous pouvez répondre sans compromettre personne, et je ne vous pose qu’une question de principes. N’est-il pas certain que vous ne feriez pas la cour à une femme qui se livrerait sans combats ?

— Vous le savez, je ne conçois pas qu’on s’adresse à d’autres femmes qu’à celles qui se défendent, et dont la conquête est périlleuse et difficile.

— Je connais votre fierté à cet égard, et je dis qu’en ce cas vous n’aurez jamais le droit de trahir aucune femme, parce que vous n’en posséderez aucune à qui vous n’ayez juré respect, dévouement et discrétion. La diffamer après, serait donc une lâcheté et un parjure.

— Ma chère amie, reprit Horace, je sais que vous avez cultivé la controverse à la salle Taitbout ; je sais par conséquent que toutes vos conclusions seront toujours à l’avantage des droits féminins. Mais quelque subtile que soit votre argumentation, je vous répondrai que je n’acquiesce pas à cette domination que les femmes doivent s’arroger selon vous. Je ne trouve pas juste que vous ayez le droit de nous faire passer pour des sots, pour des impertinents ou pour des esclaves, sans que nous puissions invoquer l’égalité. Eh quoi ! une coquette m’attirerait à ses pieds, m’agacerait durant des semaines entières, triompherait de ma prudence, me donnerait enfin sur elle, en échange de sa victoire, les droits d’un époux et d’un maître, et puis elle recommencerait le lendemain avec un autre, et se débarrasserait de moi en disant à mon successeur, à ses amis, à ses femmes de chambre : « Vous voyez bien ce paltoquet ? il m’a obsédée de ses désirs ; mais je l’ai remis à sa place, et j’ai rabattu son sot amour-propre ! » Ce serait un peu trop fort, et, par ma foi, je ne suis pas disposé à me laisser jouer ainsi. Je trouve qu’un ridicule est aussi sérieux qu’aucune autre honte. C’est même peut-être en France, à l’heure qu’il est, la pire de toutes ; et la femme qui me l’infligera peut s’attendre à de franches représailles, dont elle se souviendra toute sa vie. C’est la peine du talion qui régit nos codes.

— Si vous acceptez cette peine-là comme juste et humaine, répondit Eugénie, je n’ai plus rien à dire. En ce cas, vous souscrivez à la peine de mort et à toutes les autres institutions barbares, au-dessus desquelles je pensais que votre cœur s’était élevé. Du moins, je vous l’avais entendu affirmer ; et j’aurais cru que, dans ces actes de conduite personnelle où nous pouvons tous corriger l’ineptie et la cruauté des lois, dans vos rapports avec l’opinion, par exemple, vous chercheriez plus de grandeur et de noblesse que vous n’en professez en ce moment. Mais, ajouta-t-elle en se levant de table, j’espère que tout ceci est, comme on dit dans ma classe de bonnes gens, l’histoire de parler, et que dans l’occasion vos actions vaudront mieux que vos paroles. »

Malgré la résistance d’Horace, les nobles sentiments d’Eugénie firent impression sur lui. Quand elle fut sortie, il me dit avec un généreux entraînement :

« Ton Eugénie est une créature supérieure, et je crois qu’elle a, sinon autant d’esprit, du moins plus d’idées que ma vicomtesse.

— Elle est donc tienne décidément, mon pauvre Horace ? lui dis-je en lui prenant la main. Eh bien ! j’en suis réellement affligé, je te l’avoue.

— Et pourquoi donc ? s’écria-t-il avec un rire superbe. Vraiment, vous êtes étonnants, Eugénie et toi, avec vos compliments de condoléances. Ne dirait-on pas que je suis le plus malheureux des hommes, parce que je possède la plus adorable et la plus séduisante des femmes ? Je ne sais pas si elle est une héroïne de roman parfaite, telle