Ouvrir le menu principal

Page:Sand - Œuvres illustrées de George Sand, vol 4, 1853.djvu/240

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
77
HORACE.

fois de sa vie sans ironie ; elle comprenait qu’Horace se dévouait à la divertir pour être admis, n’importe à quel prix, dans son intimité. Elle l’avait entendu parler mieux qu’aucun des hommes par lesquels il se laissait maintenant plaisanter ; elle l’avait vu à la chasse franchir des fossés et des barrières devant lesquels tous avaient reculé, parce qu’il y avait en effet dix chances contre une de s’y briser. Elle savait donc qu’il était supérieur à eux tous en esprit et en courage. Avec ces avantages-là, accepter le dernier rôle pour lui faire plaisir, c’était, selon elle, un acte de dévouement admirable et la preuve d’un amour sans bornes.

XXVI.

Mais celui qui, après elle, se laissa le plus gagner à l’apparente bonhomie d’Horace, fut son antagoniste déclaré, le vieux marquis de Vernes. Avec celui-là, Horace ne joua pas de rôle ; il s’engoua sur-le-champ de ce caractère de grand seigneur, de ces gravelures princières, et de cette insolence leste et brillante qui lui apportaient un reflet des mœurs d’autrefois. Pour quiconque n’a vu les marquis du bon temps que sur la scène, voir poser dans la vie réelle un échantillon de cette race perdue est une véritable bonne fortune. Horace, sans songer que les courtisans de la royauté absolue avaient dégénéré dans leur genre, tout aussi bien que les preux de la féodalité, crut voir un Lauzun ou un Créqui dans le marquis de Vernes. Peu s’en fallut qu’il n’y vît, en d’autres moments, un duc de Saint-Simon. Ce qu’il y a de certain, c’est qu’il se prit pour lui d’un respect et d’une admiration qui se résumaient dans le désir de l’égaler et de le copier autant que possible. Horace avait une telle mobilité d’esprit, il était si impressionnable, qu’il ne pouvait se défendre de l’imitation. Il n’y avait pas trois jours qu’il allait au château, que déjà il s’essayait devant nous à prononcer du bord des lèvres comme le marquis, et qu’il me conjura de lui donner une des tabatières de mon père afin de s’exercer à semer élégamment du tabac sur sa chemise, copiant l’indolence gracieuse du vieillard, aussi bien que pouvait le faire un étudiant de seconde année, c’est-à-dire de la façon la plus ridicule du monde. Eugénie l’en avertit, et le mortifia beaucoup ; car il avait oublié que le modèle était assez près de nous pour ôter à son plagiat toute apparence d’originalité. Mais il n’en resta pas moins décidé à singer le marquis devant tous ceux qui ne pourraient pas faire, comme nous, la comparaison du maître avec l’écolier.

Grâce à une des anomalies nombreuses de son caractère, tandis qu’il nous rendait témoins de ses tentatives d’affectation, à un quart de lieue de là, sous les yeux de la vicomtesse, il déployait tous les charmes de la simplicité. Qui eût pu deviner que c’était là encore un rôle, et toujours une manière d’être arrangée pour l’effet ? Horace avait, certes, une ingénuité réelle ; mais il s’en servait et s’en débarrassait suivant l’occurrence. Quand elle lui réussissait, il s’y laissait aller, et il était lui-même, c’est-à-dire adorable. Quand elle lui nuisait, il entrait dans n’importe quel rôle, avec une facilité inconcevable, et il dominait quand il n’avait pas affaire à trop forte partie. Ce jeu-là eût été bien dangereux avec le vieux marquis, qui en savait plus long que lui, et encore plus avec la vicomtesse, élève du vieux roué, et capable de lutter avec avantage contre son maître lui-même. Aussi Horace, prenant le parti d’être naturel, les séduisit tous deux. Le marquis n’aimait pas les jeunes gens, bien que, dans la société des femmes auxquelles il s’était voué, il fût forcé de vivre sans cesse au milieu d’eux ; mais Horace lui témoigna tant de sympathie, l’écouta si avidement, s’égaya de si grand cœur à ses vieilles anecdotes, lui fit tant de questions, lui demanda tant de conseils, en un mot le prit si aveuglément pour guide et pour arbitre, que le vieillard, plus vain encore que méchant, s’engoua de lui à son tour, et déclara, même à la vicomtesse, que c’était là le plus aimable, le plus spirituel et le meilleur jeune homme de toute la génération nouvelle.

Horace, se voyant goûté, se livra entièrement. Il prit le marquis pour confident, et le conjura de lui enseigner à plaire à la vicomtesse. Alors il se passa dans l’esprit du maître quelque chose d’assez étrange ; il devint pensif, sérieux, presque mélancolique, et frappant sur l’épaule de son élève ;

« Jeune homme, lui dit-il, vous me mettez là dans une situation bien délicate. Donnez-moi quelques heures pour y songer, et jusqu’à ce soir pour vous répondre. »

Le ton solennel du marquis, auquel il était loin de s’attendre, enflamma la curiosité d’Horace. D’où vient que cet homme qui, dans les épanchements railleurs, faisait si bon marché de toute morale, prenait un air grave quand il s’agissait de Léonie ? Était-elle donc une femme à part, même aux yeux de ce contempteur de toute pudeur humaine ? Jusque-là elle lui avait semblé dégagée de préjugés (c’est ainsi qu’elle appelait ce que d’autres appellent principes), et Horace, qui n’en avait aucun en fait d’amour, goûtait fort cette manière de voir. Mais de ce qu’elle n’imposait aucun frein à ses penchants, était-ce à dire qu’elle pût en avoir d’assez prononcés pour favoriser un nouveau venu au milieu d’une phalange d’aspirants mieux fondés en titre ? N’avait-elle point fait un choix parmi ceux-là ? Le comte de Meilleraie n’était-il pas son amant ? Était-il possible de le supplanter, et toutes ces avances qu’on semblait lui faire n’étaient-elles pas un piège qu’on lui tendait pour le forcer à se ranger au plus vite parmi les amants rebutés ?

Pendant qu’Horace interrogeait ainsi sa destinée, le marquis rêvait de son côté à la conduite qu’il tracerait à son jeune ami. Dans ce moment-là, le vieux diplomate était complètement dupe de son disciple. Il le jugeait si candide, si passionné, si généreux, qu’il était effrayé des conséquences de son amour pour une femme aussi habile, aussi froide, aussi personnelle que l’était la vicomtesse. Il craignait des orages qu’il ne pourrait plus conjurer ; et comme toute la tactique enseignée par lui à Léonie consistait à se préserver toujours du scandale, il ne savait comment concilier l’espèce d’affection qu’il avait réellement pour elle, et la vive sympathie que l’amour-propre flatté lui avait fait concevoir pour Horace.

Pour la première fois de sa vie peut-être, il prit le parti d’être sincère, comme si la franchise d’Horace eût exercé sur lui le même magnétisme que sa propre rouerie exerçait sur ce jeune homme.

« Tenez, lui dit-il en parcourant avec lui, au clair de la lune, les allées désertes du jardin anglais, je vais vous parler net. Je crois, de toute mon âme, que vous êtes épris de la vicomtesse, et je ne crois pas impossible qu’elle vienne à vous écouter. Mais si, malgré vos agitations (et vos espérances, que je devine fort bien), vous êtes encore capable d’écouter un bon conseil, vous renoncerez à pousser votre pointe dans ce cœur-là.

— J’y renoncerai si vous avez de bonnes raisons à me donner, répondit Horace ; et vous n’en devez pas manquer, monsieur le marquis, car vous avez pesé les vôtres toute la journée.

— Vous ne voulez pas me croire sur parole, et vous abstenir, sauf à deviner plus tard mes raisons vous-même ?

— Comment pouvez-vous me demander pareille chose, vous qui connaissez si bien le cœur humain ? Plein de foi en vous, je vous promettrais en vain ce que je ne pourrais pas tenir.

— Eh bien, je vais tâcher de vous convaincre. Avez-vous déjà aimé ?

— Oui.

— Quelle espèce de femme ?

— Une femme obscure comme moi, mais belle, intelligente et dévouée.

— Fidèle ?

— Je le crois.

— Fûtes-vous jaloux ?

— Comme un fou, ou, pour mieux dire, comme un sot.

— Comment l’avez-vous quittée ?