Ouvrir le menu principal

Page:Sand - Œuvres illustrées de George Sand, vol 4, 1853.djvu/234

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
71
HORACE.

choses de mon temps. C’est une souffrance profonde parfois, quand je me souviens que j’ai vingt-cinq ans, et que j’ai l’ardeur et le courage de ma jeunesse ; c’est aussi une jouissance infinie quand je considère que les passions politiques, avec leurs erreurs, leurs égarements, leurs crimes involontaires, me sont pour longtemps interdites, et que je puis garder sans lâcheté ma religion sociale dans toute sa candeur. Mais comment voulez-vous qu’un homme ainsi séparé de vos mouvements et isolé de vos agitations vous montre la direction que vous devez prendre, vous, républicain de nature, de position, et pour ainsi dire de naissance ?

— Tout ce que vous dites là, reprit Horace, me donne beaucoup à penser. Il y a donc une autre manière d’aimer la république et d’en pratiquer les principes, que de se jeter en aveugle et à corps perdu dans les mouvements partiels qui préparent sa venue ? Oui, certes, je le savais bien, je le sentais bien, et il y a longtemps que j’y songe ! il est une région de persévérance et d’action philosophique au-dessus de ces orages passagers ! il est un point de vue plus vrai, plus pur, plus élevé que toutes les déclamations et les conspirations émeutières !

— Je n’ai tranché ainsi la question, répondis-je, que par rapport à moi et à cause de ma situation pour ainsi dire exceptionnelle dans le mouvement présent. J’ignore ce que je ferais à votre place ; cependant, je puis vous dire que si j’étais royaliste, légitimiste et catholique, comme la plupart des jeunes gens de ma caste, je n’hésiterais pas à me joindre à la duchesse de Berri, comme à un principe.

— Vous feriez la guerre civile ? dit Horace ; eh bien, voilà ce qu’on me propose, voilà où l’on veut m’entraîner. Et moi je répugne à de tels moyens, et j’attends mieux de la Providence.

— À la bonne heure ! En ce cas, vous renoncez à jouer un rôle actif ; car une révolution parlementaire ne peut manquer de durer au moins un siècle, au point où en sont les choses.

— Un siècle ! Le peuple n’attendra pas un siècle ! s’écria Horace, oubliant la question personnelle pour la question générale.

— Soyez donc d’accord avec vous-même, lui dis-je : ou il y aura des révolutions violentes, et par conséquent des conflits rapides et énergiques entre les citoyens, ou bien il y aura de longs débats de paroles, une lutte patiente de principes, un progrès sûr, mais lent, où nous n’aurons rien à faire, vous et moi, qu’à profiter pour notre compte des enseignements de l’histoire. C’est déjà beaucoup, et je m’en contente.

— Ce sera plus prompt que vous ne croyez, et pour ma part je compte bien aider à l’œuvre, soit par la parole, soit par les écrits, si je puis trouver une tribune ou un journal.

— En ce cas, vous n’hésitez pas à vous retirer de toute émeute, et j’approuve votre fermeté courageuse, car la tentation est forte, et moi-même qui ne puis y prendre part, j’ai souvent de la peine à y résister.

— Oui, sans doute, ce sera un grand courage, dit Horace avec un peu d’emphase ; mais je l’aurai, parce que je dois l’avoir. Ma conscience me fait d’amers reproches de m’être laissé entraîner à ces projets incendiaires ; je lui obéis. Vous m’avez rendu un grand service, Théophile, de m’avoir expliqué à moi-même. Je vous en remercie. »

Je ne voyais pas trop en quoi j’avais éclairci Horace sur un point qu’il avait posé nettement dès le commencement de l’explication ; et, le trouvant si bien d’accord avec lui-même, j’allais le quitter, lorsqu’il me retint.

« Vous n’avez pas répondu à ma question, me dit-il.

— Vous ne m’en avez point fait que je sache, répondis-je.

— Pardieu ! reprit-il, je vous ai demandé si quelqu’un de mes amis ou de mes prétendus coopinionnaires, si Jean le bousingot, par exemple, pourrait s’arroger le droit de me blâmer en me voyant renoncer aux folies de la conspiration émeutière, pour rentrer dans cette voie plus large et plus morale dont je n’aurais jamais dû sortir.

— D’après ce que vous me dites, je vois, répondis-je, que vous avez commis une faute. Vous vous êtes lié par des promesses à quelque affiliation…

— C’est mon secret, » reprit-il précipitamment. Puis il ajouta : « Je ne connais ni affiliation, ni conspiration ; mais Laravinière est un fou, un exalté, comme bien vous savez. Il n’en fait aucun mystère à ses amis, et personne n’ignore qu’il est en avant dans toutes les bagarres de faubourg. Vous devez bien pressentir que nous n’avons pas habité la même maison pendant plusieurs mois, sans qu’il m’entretint de ses rêves révolutionnaires. Dans un moment de désespoir de toutes choses et de complet abandon de moi-même, j’ai désiré des émotions, des combats, des dangers et, pourquoi ne l’avouerais-je pas, une mort tragique, à laquelle se serait attachée quelque gloire. Je me suis livré comme un enfant, et, si je m’arrête aujourd’hui, il ne manquera pas de dire que je recule. Dans son héroïsme grossier, il m’accusera d’avoir peur, et je serai forcé peut-être de me battre avec lui pour lui prouver que je ne suis point un lâche.

— Dieu nous préserve d’un pareil incident ! m’écriai-je. Il vous faut éviter à tout prix la nécessité de vous couper la gorge avec un de vos meilleurs amis. Mais je ne crois pas qu’il y mette la violence et la brutalité que vous supposez. Une franche et loyale explication de vos idées, de vos principes et de vos résolutions, lui fera juger plus sainement de votre caractère.

— Malheureusement, reprit Horace, Jean n’a ni idées ni principes. Ses résolutions ardentes sont le résultat de ses instincts belliqueux, de son tempérament sanguin, comme vous diriez. Il ne me comprendra pas, et il m’accusera, et puis il y a un danger beaucoup plus grave que celui de l’irriter et de croiser l’épée avec lui : c’est le bruit qu’il va faire de ma prétendue défection parmi ses compagnons, bousingots, braillards et tracassiers, qui ne savent que déclamer dans les estaminets, détonner la Marseillaise, échanger quelques horions avec les sergents de ville, et se dissiper avec la fumée du premier coup de fusil. Je suppose que leurs folles entreprises réussissent, que le peuple prenne parti pour eux et avec eux un beau matin, que le gouvernement bourgeois soit culbuté, et qu’un essai de république commence ; ces jeunes gens-là, véritables mouches du coche, vont se faire passer pour des héros. Il y a tant de charlatanisme en ce monde, et les mouvements révolutionnaires favorisent si bien cette sale puissance, qu’on les proclamera peut-être les sauveurs de la patrie. Ils auront donc un pied à l’étrier ; et moi je serai rejeté bien loin, et taxé par eux de m’être caché dans les caves au jour du danger. Voyez ! les choses les plus bouffonnes ont parfois des résultats sérieux. Savez-vous que les principaux chefs de l’opposition de 1830 ont perdu beaucoup de leur influence sur les masses pour avoir désavoué l’émeute au 27 juillet, et pour avoir à peine compris, le 28, que c’était une révolution ? À plus forte raison, moi, jeune homme obscur, qui n’ai encore pour m’étayer et me développer que ce misérable noyau d’étudiants bousingots, serai-je entaché et comme flétri, au début de ma carrière, par les souvenirs arrogants et les accusations stupides de ces gens-là ? Qu’en pensez-vous ? Voilà ce que je vous demande.

— Je vous répondrai, mon cher Horace, que tout est possible, mais qu’il y a un moyen sûr d’échapper à de pareilles accusations : c’est d’être logique, et de ne prendre part à aucune action violente, le lendemain beaucoup moins encore que la veille. Vous êtes philosophe comme moi, ou révolutionnaire comme l’ami Jean. Il n’y a pas de terme moyen. Si vous conservez vos rêves d’ambition, vous avez besoin de l’opinion des masses. Vous n’avez encore pour milieu qu’une coterie ; il faut plaire à cette coterie, marcher avec elle, et lui obéir afin de la convaincre, de l’éblouir et de la dominer plus tard. Si vous pensez comme moi, que le moment n’est pas venu pour les hommes sérieux de voir réaliser leurs principes ; si vous croyez (comme vous l’avez dit en commençant cette conversation) que les entreprises où l’on vous pousse compromettent la cause de la liberté, il faut être bien résolu d’avance à ne pas chercher des avantages person-