Ouvrir le menu principal

Page:Sand - Œuvres illustrées de George Sand, vol 4, 1853.djvu/195

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
32
HORACE.

fants, élevés dans les écoles publiques, avec ceux de la petite bourgeoisie, qui, à défaut d’argent, veut parvenir, elle aussi, par les voies de l’intelligence, sont en général incomparablement plus cultivés, plus vifs et plus fins que les héritiers étiolés de l’aristocratie nobiliaire. Ces malheureux jeunes gens, hébétés par des précepteurs dont on enchaîne la liberté intellectuelle, à force de prescriptions religieuses et politiques, sont rarement intelligents, et jamais instruits. L’absence de cour, la perte des places et des emplois, le dépit causé par les triomphes d’une aristocratie nouvelle, achèvent de les effacer ; et leur rôle, qui commence pourtant à devenir meilleur à mesure qu’ils le comprennent et l’acceptent, était, à l’époque de mon récit, le plus triste qu’il y eût en France.



Horace… se livrait à des essais littéraires. (Page 27.)

Je n’ai rien dit du peuple, et le peuple français, surtout celui des grandes villes, passe pour infiniment spirituel. Je conteste l’épithète. L’esprit n’existe qu’à la condition d’être épuré par un goût que le peuple ne peut pas avoir, ce goût lui-même étant le résultat de certains vices de civilisation qui ne sont pas ceux du peuple. Le peuple n’a donc pas d’esprit, selon moi. Il a mieux que cela : il a la poésie, il a le génie. Chez lui la forme n’est rien, il n’use pas son cerveau à la chercher ; il la prend comme elle lui vient. Mais ses pensées sont pleines de grandeur et de puissance, parce qu’elles reposent sur un principe de justice éternelle, méconnu par les sociétés et conservé au fond de son cœur. Quand ce principe se fait jour, quelle qu’en soit l’expression, elle saisit et foudroie comme l’éclair de la vérité divine.

XII.

Horace parla beaucoup. Emporté comme il l’était toujours par le feu de la discussion, il défendit ses auteurs romantiques, qu’on lui contestait en masse et en détail. Il rompit des lances pour tous, et fut vivement soutenu par la vicomtesse de Chailly, qui se piquait d’éclectisme en matière d’art et de belles-lettres. Il faut avouer que les adversaires furent bien faibles, et je ne concevais pas comment Horace pouvait perdre son temps et ses paroles à leur tenir tête.

La vieille comtesse, qui passait et repassait avec ses amis dans une allée voisine, m’appela d’un signe.