Ouvrir le menu principal

Page:Sand - Œuvres illustrées de George Sand, vol 4, 1853.djvu/165

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
2
HORACE.

tenté de faire un peu attentivement la critique du beau jeune homme de ce temps-ci ; et ce beau n’est pas ce qu’à Paris on appelle lion. Ce dernier est le plus inoffensif des êtres. Horace est un type plus répandu et plus dangereux, parce qu’il est plus élevé en valeur réelle. Un lion n’est le successeur ni des marquis de Molière ni des roués de la Régence ; il n’est ni bon ni méchant ; il rentre dans la catégorie des enfants qui s’amusent à faire les matamores. Cette impuissante affectation des grands vices qui ne sont plus n’est qu’un très-petit épisode de la scène générale. Horace a dû traverser cet épisode ; mais il partait d’un autre point et cherchait un autre but. Dieu merci, un seul ridicule ne suffit pas à cette jeunesse ambitieuse, qui s’agrandit et s’épure à travers mille erreurs et mille fautes, grâce au puissant mobile de l’amour-propre. Mon ami, nous avons souvent parlé de ceux de nos contemporains chez qui nous avons vu la personnalité se développer avec un excès effrayant ; nous leur avons vu faire beaucoup de mal en voulant faire le bien. Nous les avons parfois raillés, souvent repris ; plus souvent nous les avons plaints, et toujours nous les avons aimés, quand même !

George SAND.

I.

Les êtres qui nous inspirent le plus d’affection ne sont pas toujours ceux que nous estimons le plus. La tendresse du cœur n’a pas besoin d’admiration et d’enthousiasme : elle est fondée sur un sentiment d’égalité qui nous fait chercher dans un ami un semblable, un homme sujet aux mêmes passions, aux mêmes faiblesses que nous. La vénération commande une autre sorte d’affection que cette intimité expansive de tous les instants qu’on appelle l’amitié. J’aurais bien mauvaise opinion d’un homme qui ne pourrait aimer ce qu’il admire ; j’en aurais une plus mauvaise encore de celui qui ne pourrait aimer que ce qu’il admire. Ceci soit dit en fait d’amitié seulement. L’amour est tout autre : il ne vit que d’enthousiasme, et tout ce qui porte atteinte à sa délicatesse exaltée le flétrit et le dessèche. Mais le plus doux de tous les sentiments humains, celui qui s’alimente des misères et des fautes comme des grandeurs et des actes héroïques, celui qui est de tous les âges de notre vie, qui se développe en nous avec le premier sentiment de l’être, et qui dure autant que nous, celui qui double et étend réellement notre existence, celui qui renaît de ses propres cendres et se renoue aussi serré et aussi solide après s’être brisé ; ce sentiment-là, hélas ! ce n’est pas l’amour, vous le savez bien, c’est l’amitié.

Si je disais ici tout ce que je pense et tout ce que je sais de l’amitié, j’oublierais que j’ai une histoire à vous raconter, et j’écrirais un gros traité en je ne sais combien de volumes ; mais je risquerais fort de trouver peu de lecteurs, en ce siècle où l’amitié a tant passé de mode qu’on n’en trouve guère plus que d’amour. Je me bornerai donc à ce que je viens d’en indiquer pour poser ce préliminaire de mon récit : à savoir, qu’un des amis que je regrette le plus et qui a le plus mêlé ma vie à la sienne, ce n’a pas été le plus accompli et le meilleur de tous ; mais, au contraire, un jeune homme rempli de défauts et de travers, que j’ai même méprisé et haï à de certaines heures, et pour qui cependant j’ai ressenti une des plus puissantes et des plus invincibles sympathies que j’aie jamais connues.

Il se nommait Horace Dumontet ; il était fils d’un petit employé de province à quinze cents francs d’appointements, qui, ayant épousé une héritière campagnarde riche d’environ dix mille écus, se voyait à la tête, comme on dit, de trois mille francs de rente. L’avenir, c’est-à-dire l’avancement, était hypothéqué sur son travail, sa santé et sa bonne conduite, c’est-à-dire son adhésion aveugle à tous les actes et à toutes les formes d’un gouvernement et d’une société quelconque.

Personne ne sera étonné d’apprendre que, dans une situation aussi précaire et avec une aisance aussi bornée, M. et Mme Dumontet, le père et la mère de mon ami, eussent résolu de donner à leur fils ce qu’on appelle de l’éducation, c’est-à-dire qu’ils l’eussent mis dans un collège de province jusqu’à ce qu’il eût été reçu bachelier, et qu’ils l’eussent envoyé à Paris pour y suivre les cours de la Faculté, à cette fin de devenir en peu d’années avocat ou médecin. Je dis que personne n’en sera étonné, parce qu’il n’est guère de famille dans une position analogue qui n’ait fait ce rêve ambitieux de donner à ses fils une existence indépendante. L’indépendance, ou ce qu’il se représente par ce mot emphatique, c’est l’idéal du pauvre employé ; il a souffert trop de privations et souvent, hélas ! trop d’humiliations pour ne pas désirer d’en affranchir sa progéniture ; il croit qu’autour de lui sont jetés en abondance des lots de toute sorte, et qu’il n’a qu’à se baisser pour ramasser l’avenir brillant de sa famille. L’homme aspire à monter ; c’est grâce à cet instinct que se soutient encore l’édifice, si surprenant de fragilité et de durée, de l’inégalité sociale.

De toutes les professions qu’un adolescent peut embrasser pour échapper à la misère, jamais, de nos jours, les parents ne s’aviseront d’aller choisir la plus modeste et la plus sûre. La cupidité ou la vanité sont toujours juges ; on a tant d’exemples de succès autour de soi ! Des derniers rangs de la société, on voit s’élever aux premières places des prodiges de tout genre, voire des prodiges de nullité. « Et pourquoi, disait M. Dumontet à sa femme, notre Horace ne parviendrait-il pas comme un tel, un tel, et tant d’autres qui avaient moins de dispositions et de courage que lui ? » Madame Dumontet était un peu effrayée des sacrifices que lui proposait son mari pour lancer Horace dans la carrière ; mais le moyen de se persuader qu’on n’a pas donné le jour à l’enfant le plus intelligent et le plus favorisé du ciel qui ait jamais existé ? Madame Dumontet était une bonne femme toute simple, élevée aux champs, pleine de sens dans la sphère d’idées que son éducation lui avait permis de parcourir. Mais, en dehors de ce petit cercle, il y avait tout un monde inconnu qu’elle ne voyait qu’avec les yeux de son mari. Quand il lui disait que depuis la Révolution tous les Français sont égaux devant la loi, qu’il n’y a plus de privilèges, et que tout homme de talent peut fendre la presse et arriver, sauf à pousser un pou plus fort que ceux qui se trouvent placés plus près du but, elle se rendait à ces bonnes raisons, craignant de passer pour arriérée, obstinée, et de ressembler en cela aux paysans dont elle sortait.

Le sacrifice que lui proposait Dumontet n’était rien moins que celui d’une moitié de leur revenu. « Avec quinze cents francs, disait-il, nous pouvons vivre et élever notre fille sous nos yeux, modestement ; avec le surplus de nos rentes, c’est-à-dire avec mes appointements, nous pouvons entretenir Horace à Paris, sur un bon pied, pendant plusieurs années. »

Quinze cents francs pour être à Paris sur un bon pied, à dix-neuf ans, et quand on est Horace Dumontet !… Madame Dumontet ne reculait devant aucun sacrifice ; la digne femme eût vécu de pain noir et marché sans souliers pour être utile à son fils et agréable à son mari ; mais elle s’affligeait de dépenser tout d’un coup les économies qu’elle avait faites depuis son mariage, et qui s’élevaient à une dizaine de mille francs. Pour qui ne connaît pas la petite vie de province, et l’incroyable habileté des mères de famille à rogner et grappiller sur toutes choses, la possibilité d’économiser plusieurs centaines d’écus par an sur trois mille francs de rente, sans faire mourir de faim mari, enfants, servantes et chats, paraîtra fabuleuse. Mais ceux qui mènent cette vie ou qui la voient de près savent bien que rien n’est plus fréquent. La femme sans talent, sans fonctions et sans fortune, n’a d’autre façon d’exister et d’aider l’existence des siens, qu’en exerçant l’étrange industrie de se voler elle-même en retranchant chaque jour, à la consommation de sa famille, un peu du nécessaire : cela fait une triste vie, sans charité, sans gaieté, sans variété et sans