Ouvrir le menu principal

Page:Sand - Œuvres illustrées de George Sand, vol 4, 1853.djvu/155

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
40
TEVERINO.

une conversation générale pleine d’élévation, de philosophie et d’enthousiasme poétique. Toutes ces alternatives avaient confondu le jugement et brisé enfin le cœur de Sabina. Toutes ces scènes, tous ces entretiens lui apparaissaient à travers le mouvement rapide de la voiture qu’elle croyait sentir encore, et les changements de décoration des montagnes, qu’elle voyait passer devant ses yeux fermés. Elle ne distinguait plus l’illusion de la réalité, et lorsqu’elle commençait à s’assoupir un instant, elle se réveillait en sursaut, croyant sentir le baiser de Teverino sur ses lèvres, au sommet de la tour. Des applaudissements moqueurs et des rires de mépris frappaient son oreille, la tour s’écroulait avec fracas, et elle se trouvait dans une rue fangeuse, au bras du saltimbanque, en face de Léonce, qui leur jetait l’aumône de sa pitié en détournant la tête.



À l’aspect de ce triste personnage. (Page 35.)

La négresse, chargée de l’éveiller de bonne heure, la trouva assise sur son lit, l’œil terne et le sein oppressé. Elle lui présenta le burnous de cachemire blanc qui lui servait de robe de chambre à la villa, du linge frais et parfumé, son riche nécessaire de toilette, enfin presque toutes les recherches accoutumées. Elle s’en servit machinalement d’abord ; puis, revenue à la réflexion, elle demanda à Lélé qui donc avait eu toutes ces prévoyances délicates. Sur la réponse de Lélé, que Léonce avait fait faire ces préparatifs minutieux, elle ne put douter de l’intention qu’il avait eue, en partant, de prolonger leur promenade jusqu’au lendemain, et, tout en se laissant coiffer et habiller, elle se perdit dans mille rêveries nouvelles.

À la manière dont Teverino s’était conduit la veille, il n’était que trop certain pour elle qu’il ne l’aimait point. Après ces flatteries passionnées et ce fatal baiser, comment, au lieu d’être recueilli et agité le reste de la soirée, avait-il pu jouer une scène burlesque ? Et lorsqu’il s’était retrouvé seul avec la femme à demi-vaincue, comment, au lieu de lui témoigner ce repentir hypocrite qui demande davantage, et qu’une orgueilleuse beauté attend pour se défendre ou pour céder, avait-il pu lui tenir tête dans une espèce de dispute philosophique, et enfin lui parler de l’amour de Léonce au lieu du sien propre ? Sabina était profondément humiliée : elle avait hâte de se montrer, afin de reprendre ses airs de hauteur ironique et le calme menteur de sa prétendue invulnérabilité. Mais