Ouvrir le menu principal

Page:Sand - Évenor et Leucippe, Garnier, 1856, tome 1.djvu/57

Cette page a été validée par deux contributeurs.


humaine soit aussi belle, aussi étendue, aussi variée que le chant mystérieux du rossignol ? Si l’on considère ce chant comme une simple expression de joie et d’amour, où trouver une expression plus complète et plus pénétrante ? Si ce n’est qu’une délectation musicale, l’oiseau est un grand artiste ; si c’est un langage, l’oiseau est bien éloquent. L’homme l’écoute avec ravissement, et cette mélodie le transporte véritablement dans les rêves de l’Éden.

Si certains animaux nous paraissent muets, c’est que, ou nos perceptions ne sont pas assez fines pour saisir leur voix,