Ouvrir le menu principal

Page:Sand - Évenor et Leucippe, Garnier, 1856, tome 1.djvu/289

Cette page a été validée par deux contributeurs.


langage de sa tribu, il éprouvait le besoin de définir et de caractériser lui-même les objets et les actions qui s’y rapportent directement. Il arrivait ainsi à retrouver la plupart des mots et des constructions qu’il avait appris ou créés, et qu’il croyait créer et découvrir à l’instant même. « Sur notre malheureuse terre, a dit un poëte aux idées profondes, l’homme est souvent obligé de recommencer l’œuvre de son avancement. Souvent il croit apprendre pour la première fois, et il ne fait que se souvenir. »