Ouvrir le menu principal

Page:Sand - Évenor et Leucippe, Garnier, 1856, tome 1.djvu/275

Cette page a été validée par deux contributeurs.


fections et ses dernières joies. Plus tard elle révéla à Évenor comment ses pères avaient subi l’attrait de circonstances locales qui leur retraçaient l’aspect de la terre au temps d’une occupation plus générale et plus heureuse, et aussi comment le même ébranlement souterrain qui avait fermé pour lui le chemin de l’Éden vers sa terre natale avait détruit le passage de la solfatare aux autres vallées, le long de la plage maritime maintenant envahie par les flots.

C’était surtout le voisinage et l’aspect découvert de ces flots immenses brisant