Ouvrir le menu principal

Page:Sand - Évenor et Leucippe, Garnier, 1856, tome 1.djvu/194

Cette page a été validée par deux contributeurs.


sable fécondité. Aussi la végétation était-elle prodigue de luxe sur cette terre triturée par les éléments à une grande profondeur, et engraissée du débris des plantes entassé et comme abrité depuis des siècles dans une sorte de vasque immense creusée dans le roc.

Protégé par les remparts gigantesques du massif granitique environnant, cette coupe, cette vallée, ce jardin n’avait plus reçu du climat, qu’il enfermait pour ainsi dire, que des influences à la fois énergiques et bénignes. Les eaux descendant des hauteurs et tombant limpides de ro-