Ouvrir le menu principal

Page:Sand - Évenor et Leucippe, Garnier, 1856, tome 1.djvu/132

Cette page a été validée par deux contributeurs.


peuplades, des peuples, des nations, chacun garda le langage de sa convention devenu sa coutume, avec l’heureuse faculté de pouvoir apprendre toutes les autres langues de l’univers. L’éducation fit ce progrès de rendre les langues communiquables ; mais déjà, à la création des premiers éléments du langage, l’éducation des hommes entre eux avait joué un grand rôle, et chacun inventant une part de cette manifestation, l’avait fait accepter de ceux qui l’entouraient.

On croit tout expliquer des rapides progrès de l’homme en disant que bar-