Ouvrir le menu principal

Page:Sand - Évenor et Leucippe, Garnier, 1856, tome 1.djvu/12

Cette page a été validée par deux contributeurs.


dûment averti, il en serait mieux disposé à l’indulgence.

Je vais essayer de cette méthode en disant qu’Évenor et Leucippe n’est ni une histoire, ni un roman, ni un poëme proprement dit ; que le livre est peut-être fort prosaïque pour ceux qui ne voudraient y trouver qu’une fantaisie, et très-osé pour ceux qui le prendraient trop au sérieux. C’est comme le discours préliminaire, sous forme de récit, d’un ouvrage que j’avais entrepris et auquel je n’ai pas tout à fait renoncé : ouvrage qui serait, à la fois, le roman et l’histoire de l’amour à travers