Ouvrir le menu principal

Page:San-Tseu-King - Traduction Stanislas Julien, Georg, Geneve, 1873.djvu/32

Cette page n’a pas encore été corrigée


elle réside dans le feu et répond aux rites ; en automne, elle réside dans le métal et répond à la justice ; en hiver, elle réside dans la terre et répond à la fidélité. On peut noter cependant, que, suivant les Chinois, l’empereur du printemps s’appelle Thaî-hao ; le génie qui y préside est Keou—mang ; l’empereur de l’été est Yen-ti, son génie est Talla-yang ; l’empereur de l’automne est Kin—thien, son génie est Neou—cheou ; l’empereur de l’hiver est Tchouen-hio, son génie est Youcn-ming ; l’empereur de la terre est Hoang-n’, son génie est Keou- long.

193—198

Youe—chouï-ho, Youe-king-thou

On dit l’eau et le feu ; on dit le métal et la tcl’l’e.


199—204

Thseu-ou-hing, Pen-ou-sou

Ces cinq éléments ont pour origine le nombre primordial.

Suivant le philosophe Tchou-li (Tchou—tseu-thsiouen—chou, liv. xxxr, f. 30), le nombre cinq est le père des nombres. On attribue trois nombres au ciel et deux à la terre ; trois nombres au principe mâle (Yang) et deux nombres au principe femelle (In).

De cette façon, le nombre cinq renfermerait les nombres des agents principaux auxquels les Chinois attribuent tous les phéno- mènes de la nature.

205—210

Youe-j in-i, Li-tchi-sin

On dit l’humanité et la justice, l’urbanite, la prudence et. la fidélité.