Ouvrir le menu principal

Page:San-Tseu-King - Traduction Stanislas Julien, Georg, Geneve, 1873.djvu/31

Cette page n’a pas encore été corrigée


le prince est saint et le ministre fidèle ; le père est affectueux et le fils pratique la piété filiale ; le mari est doux et la femme est soumise ; alors l’univers est pur et tranquille, et les États jouissent d’une paix profonde.

169—174

’Youe-tch’un-hia, Youe-thsieou-tong

On dit le printemps et l’été ; on dit l’automne et l’hiver.


175—180

Thseu-sse-tchi. Yun-pou—khiong ’Ces quatre saisons font éternellement leur révolution.

L’expression pou-khiong est rendue en manchon par mokhon-akâ, sans fin ; elle est expliquée dans la glose chinoise par pou-i, sans cesser, sans s’arrêter.

Les douze mots, de 169 à 180, n’ont pas beoin de commentaire.


181—186

Youe-nan—pe. Youe-si—tong

On dit le midi et le nord ; on dit l’occident et l’orient.


187—199

Thseu-sse-fang, Ing-hou-tchong

Ces quatre côtés du monde répondent au centre.

Glose chinoise : La terre est située au centre, et les quatre côtés du monde y correspondent. [La version mandchoue présente un autre sens : Damou boikhon douin dere de kemou atohaboukhangge kai, seu- lement la terre correspond à la fois aux quatre côtés du monde.]

La plus grande partie du commentaire est sans intérêt pour nous et dépourvue de bon sens, par exemple, lorsqu’il y est dit : Au printemps, la vertu réside dans le bois et répond à l’humanité ; en été,