Page:Saint-Saëns - Rimes familières.djvu/97

Cette page a été validée par deux contributeurs.


 
Et je m’embarquerai sur
Les triomphantes nacelles,
Bercé par la mer d’azur
Où les poissons ont des ailes !