Page:Saint-Saëns - Rimes familières.djvu/89

Cette page a été validée par deux contributeurs.


 
La baie immense creuse
Sa coupe radieuse
Pleine d’azur subtil ;

Cadix, joie et délice,
De l’énorme calice
Est l’éclatant pistil.