Page:Saint-Saëns - Rimes familières.djvu/76

Cette page a été validée par deux contributeurs.


 
Sentant de ton pouvoir s’ébranler l’édifice,
Ô Dieu cruel ! en vain pour racheter le Mal
Tu donneras ton Fils, offert en sacrifice
Comme un vil animal !

Trop tard ! le blé se sèche et l’ivraie est fertile !
Trop tard ! le Mal a fait son œuvre pour toujours !
Ton Fils sur un gibet souffre et meurt inutile :
Et l’Homme, plein de jours,

Dédaignant tes Edens, méprisant tes supplices,
Laissant aux chérubins ta céleste Sion,
Bravant la mort, l’enfer, se plonge avec délices
Dans la Damnation.

Sicut Dii ! non ! non ! le tentateur des âmes
N’a pas dit vrai : car l’Homme est plus grand que les Dieux,
Qui, n’ayant pas brûlé des diaboliques flammes,
Se contentent des Cieux !