Page:Saint-Saëns - Rimes familières.djvu/67

Cette page a été validée par deux contributeurs.


 
Le temps, l’espace : vain mirage,
Mots creux auxquels rien ne répond ;
Bruit de la vague sur la plage,
Du caillou dans le puits profond !

Avec le mètre et l’heure, infime,
L’homme prétend jauger les mers
Dont l’infini creuse l’abîme,
Qui pour flots ont des univers !

Sonnez, sonnez, Heures futiles,
Mensonge par l’homme inventé !
Résonnez ! vos sons inutiles
Se perdent dans l’éternité.