Page:Saint-Saëns - Rimes familières.djvu/135

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Il n’était que hideux, le voilà ridicule !
La borne du grotesque à son aspect recule !
Je n’en puis plus… je l’aime !…

À Botriocéphale.

Je n’en puis plus… je l’aime !… Ô Faune saugrenu,
Grâce ! tourne vers moi ton masque biscornu !
Prends ce baiser que t’offre une Nymphe expirante…
Tu seras mon amant… je serai ton amante…


Botriocéphale.

Est-il possible ! ô joie !


Alecton.

Est-il possible ! ô joie ! Arrête ! ah ! qu’ai-je dit ?
Si tu savais…

Fuyant et se débattant.

Si tu savais… Ô dieu cruel !… Pluton maudit !


Botriocéphale, la poursuivant.

Tu m’aimes !


Alecton.

Tu m’aimes ! Par pitié !…


Botriocéphale.

Tu m’aimes ! Par pitié !… Ce baiser qui m’attire,