Ouvrir le menu principal

Page:Saint-Pol-Roux - Anciennetés, 1903.djvu/73

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Venez, tous les vaincus aux griffes du reptile,
Le faible sans sourire et le pauvre sans fleur,
J’ouvre l’amène auberge de mon évangile
Aux vagabonds fourbus des routes de douleur.

C’est pour vous seuls, gens de misère ou de rapines,
Que sous le fouet j’irai vers le mont des rachats,
Ayant sur mon génie un royaume d’épines
Et le long de ma peine un manteau de crachats.

Les malins m’y cloueront au sycomore infâme
Et leur regard de fer me percera le flanc,
Mais de ce large trou s’envolera mon âme
Et tout s’anoblira de son passage blanc.