Ouvrir le menu principal

Page:Saint-Pol-Roux - Anciennetés, 1903.djvu/62

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Il est allé, versant la pacifique obole
En les cœurs tourmentés de la frêle maison ;
Il a passé, contant la claire parabole
Où se marient le grain, la plume, la toison.

Genoux et bras chargés de puériles joues,
Maintes fois il parut un humain oranger.
Les femmes de la plaine, analogues aux proues
Vers le salut, appareillaient vers l’Étranger.

Céramique des puits, jarres de Samarie,
Il vous enjolivait d’une phrase de ciel.
Du haut de la colline il prêchait la prairie,
Et ce n’était qu’épis, que bruit d’aile, que miel.