Ouvrir le menu principal

Page:Saint-Pol-Roux - Anciennetés, 1903.djvu/54

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Emporte la luxure au geste délétère
Semant dans le chaos d’un illusoire hymen,
Emporte l’équivoque et visqueux adultère
Qui change en durs oiseaux les pierres du chemin.

Tous les crimes enfin dont le spectre consterne
Un peuple naufragé dans son regret de sel,
Toi qui perds à jamais ton miroir de citerne,
O bouc, va les servir au farouche Azazel ! »