Page:Sévigné - Lettres, éd. Monmerqué, 1862, tome 7.djvu/280

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

1684

930. — DE MADAME DE SÉVIGNÉ À MADEMOISELLE DE SCUDÉRY.
Lundi [11e septembre] 1684.

En cent mille paroles je ne pourrois vous dire qu’une vérité, qui se réduit à vous assurer, Mademoiselle, que je vous aimerai et vous adorerai toute ma vie ; il n’y a que ce mot qui puisse remplir l’idée que j’ai de votre extraordinaire mérite. J’en fais souvent le sujet de mes admirations, et du bonheur que j’ai d’avoir quelque part à l’amitié et à l’estime d’une telle personne. Comme la constance est une perfection, je me réponds à moi-même que vous ne changerez point pour moi ; et j’ose me vanter que je ne serai jamais assez abandonnée de Dieu, pour n’être pas toujours toute à vous. Dans cette confiance, je pars pour Bretagne, où j’ai mille affaires ; je vous dis adieu, et vous embrasse de tout mon cœur ; je vous demande une amitié toute des meilleures pour M. de Pellisson ; vous me répondrez de ses sentiments. Je porte à mon fils vos Conversations[1] ; je veux qu’il en soit charmé, après en avoir été charmée.

  1. Lettre 930. — 1. Cette circonstance donne la date de cette lettre. Mlle de Scudéry publia en 1680 les deux premiers volumes de ses Conversations ; elle les envoya à Mme de Sévigné, qui était alors aux Rochers. Elle en parle à sa fille dans la lettre du 25 septembre 1680 (plus haut, p. 89). Il parut en 1684 deux autres volumes intitulés Conversations nouvelles. Mme de Sévigné les portait à son fils, qui était en Bretagne. (Note de l’édition de 1818.)— Cette lettre a été revue sur l’autographe pour l’édition de 1818.