Page:Sévigné - Lettres, éd. Monmerqué, 1862, tome 7.djvu/150

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

1681 Un homme dit l’autre jour à Monsieur le chancelier[1]de ma part, que je plaignois fort un roi conquérant qui ne vous avoit pas pour historien. Adieu, Monsieur : peu de gens sont dignes de vous admirer autant que le font les vrais honnêtes gens, encore moins autant que je le fais, et encore moins autant que vous le méritez.



876. — DU COMTE DE BUSSY RABUTIN À MADAME DE SÉVIGNÉ.

Trois mois[2]après que j’eus écrit cette lettre ( du 17 janvier, n° 874, p. 139) à Mme de Sévigné, je lui écrivis encore celle-ci.

À Chaseu, ce 5e avril 1681.

Je vois bien, Madame, qu’il faut que je vous fasse compliment sur un nouveau rhumatisme à vos mains ; car vous ne seriez pas sans cela trois mois sans me faire réponse, et même une réponse qui ne me paroissoit pas vous devoir être indifférente. Ce qui me fait pourtant encore un peu douter de la fluxion, c’est l’oubli à quoi je sais que vous êtes assez sujette les hivers à Paris, et je vous avoue que je suis fort embarrassé à choisir ce que j’aimerois mieux que vous eussiez, ou un rhumatisme, ou de la tiédeur pour moi. Ce seroit vous aimer bien en cette rencontre, ma chère cousine, que de vous souhaiter du mal, et je crois que je m’y résoudrois plutôt qu’à votre négligence[3]. Mais venons aux nouvelles. Si je

  1. 14. Le chancelier le Tellier.
  2. 876. — 1. Bussy avait d’abord écrit six semaines, qu’il a effacé, pour y substituer trois mois. Dans les deux manuscrits cette lettre est placée avant la précédente.
  3. 2. Ces derniers mots : « plutôt qu’à votre négligence, » manquent dans le manuscrit de la Bibliothèque impériale.