Ouvrir le menu principal

Page:Sénèque - Oeuvres complètes, trad Charpentier, Tome III, 1860.djvu/70

Cette page n’a pas encore été corrigée


ma cause. Sa justice la reconnaîtra bonne, ou sa clémence la rendra telle; mais le bienfait sera égal pour moi, soit qu'il me voie, soit qu'il veuille me voir innocent. Heureux toutefois jusque dans mes malheurs, j'aime à considérer son active compassion parcourant tout le globe; de ce même coin de terre où je suis enseveli, tant d'infortunés, plongés dans l'oubli d'une disgrâce de plusieurs années, en ont été arrachés par lui et ramenés à la lumière ! je ne crains pas d'être le seul qui échappe à sa pitié. Mais qui sait mieux que lui l'instant où il doit venir au secours de chacun ? Je ferai tout pour que sa clémence ne rougisse pas de descendre à moi.

[13,4] Bénie soit-elle, ô César ! Par elle, en effet, des bannis vivent sous ton règne avec moins d'alarme que naguère les premiers de l'empire sous Caligula. Plus d'angoisses, plus de glaive d'heure en heure attendu : chaque voile, qui se montre à l'horizon, ne nous fait plus pâlir. Grâce à toi, les rigueurs du sort ont leurs bornes; l'avenir nous le fait espérer meilleur, et le présent est assuré. Ah! sans doute, la foudre est juste dans ses coups, quand ceux même qu'elle frappe la révèrent.

[14,1] Ainsi donc, Polybe, le prince, qui est le consolateur de tous les humains, a déjà, si je ne me trompe, soulagé votre âme et applique, sur une si grave blessure, des remèdes encore plus puissants; il n'a rien omis pour vous raffermir: tous les exemples propres à vous inspirer la résignation, sa mémoire si fidèle vous les a rapportés ; il vous a développé les préceptes de tous les sages avec son éloquence ordinaire.

[14,2] Nul n'aurait mieux rempli que lui cette tâche de consolation. De tels discours auront un tout autre poids, tombant de ses lèvres