Page:Ségur - Aprés la pluie, le beau temps.djvu/273

Cette page a été validée par deux contributeurs.



Segur - Apres la pluie, le beau temps p273.jpg

XXV

MALADIE DE GENEVIÈVE


Pélagie, un peu rassurée par les assurances de Mlle Primerose, s’occupa activement à faire revenir la pauvre Geneviève de son évanouissement ; un gémissement plaintif annonça enfin son retour à la vie ; peu après, elle ouvrit les yeux, regarda autour d’elle ; la connaissance lui revint.

« Pourquoi suis-je ici ? dit-elle d’une voix si faible qu’on l’entendait à peine. C’est vous, ma cousine ? Te voilà, ma bonne ? Pourquoi suis-je couchée ? Où est mon oncle ?… Mon oncle ? répéta-t-elle en interrogeant ses souvenirs. Mon oncle ?… Ah ! je me souviens… Malheureuse ! c’est ton Rame !  » Et, retombant sur son oreiller, elle éclata en sanglots. « Mon oncle ! Oh ! mon oncle !… Il croit, il croit… Mais c’est impossible… Je ne peux pas,… il me tuerait… Rame, Rame en prison ! C’est horrible, affreux ! Ma bonne cousine,