Ouvrir le menu principal

Page:Ségur - Aprés la pluie, le beau temps.djvu/213

Cette page a été validée par deux contributeurs.



Segur - Apres la pluie, le beau temps p213.jpg

XIX

FAIBLESSE PATERNELLE



Mademoiselle Primerose, entrant chez M. Dormère.

Eh bien, mon cousin, votre Georges vient de faire une jolie méchanceté.


M. Dormère, souriant.

À Geneviève sans doute ? Il lui a emmêlé un écheveau de laine ou déchiré une robe ?


Mademoiselle Primerose.

Non ; je ne vous aurai pas dérangé pour si peu de chose ; ce n’est pas à Geneviève qu’il a joué un tour abominable, mais à moi.


M. Dormère.

À vous, ma cousine ? Comment aurait-il osé ? Il y a sans doute quelque erreur.


Mademoiselle Primerose.

Aucune erreur n’est possible, monsieur, et quant à oser, votre méchant Georges ose tout. Pourquoi n’oserait-il pas ? Il sait qu’il n’y a rien à craindre.