Ouvrir le menu principal

Page:Ségur - Aprés la pluie, le beau temps.djvu/145

Cette page a été validée par deux contributeurs.



Segur - Apres la pluie, le beau temps p145.jpg

XIII

AIGRES ADIEUX DES DEUX AMIES


Mme de Saint-Aimar fut surprise du prompt retour de Mlle Primerose, qui en général prolongeait ses visites jusqu’à l’heure du dîner quand elle allait à Plaisance.


Madame de Saint-Aimar.

Comment ! déjà de retour, Cunégonde, je ne t’espérais pas de sitôt.


Mademoiselle Primerose.

Je ne resterai pas longtemps ; M. Dormère m’attend.


Madame de Saint-Aimar.

Est-ce que tu ne viens pas de chez lui ?


Mademoiselle Primerose.

Certainement, puisque voici sa nièce que j’amène. Mais je viens chercher ma malle et ma femme de chambre.


Madame de Saint-Aimar, étonnée.

Pourquoi cela ? Pour aller où ?