Page:Séché - Les Muses françaises, II, 1908.djvu/215

Cette page n’a pas encore été corrigée





JEANNE NEIS




Parce qu’elle est très jeune et qu’elle a peu écrit, Mlle Jeanne Xeis n’a pour ainsi dire pas d’histoire. — Elle dit elle-même : * Je suis née en 1883 à Pont-Croix, petite ville bretonne, chef-lieu du cap terminé par la pointe du Raz, J’ai grandi parmi les petits paysans, puis j’ai passé mon adolescence dans un vieux couvent cloîtré — de là en Angleterre. — Au retour, j’ai donné une plaquette de vers à laquelle M. Anatole Le Braz a fait une préface beaucoup plus jolie que mes vers. — Puis j’ai vu l’Allemagne ; enfin, j’ai fait deux ans de Sorbonne et me voilà. » — Très simplement, avec une juvénile sincérité, Mlle Jeanne Neis confesse qu’elle ne se permet pas encore d’avoir un idéal littéraire et esthétique : elle se cherche. Son second recueil ressemble assez peu au premier et, sans doute, quand paraîtra le troisième, trouverons-nous encore une différence plus marquée. — Les Silences Brisés contiennent un certain nombre de poésies tout à fait charmantes d’intimité émue. D’ailleurs, comme la plupart des femmes, c’est surtout lorsqu’elle parle sentiment que Mlle Jeanne Neis rencontre le plus aisément l’inspiration.

Ses Carnets d’une morte sont pleins de « jolis airs ». Elle a peu de passion, mais une infinie tendresse. C’est une amoureuse de l’amour.

Vous avez fait l’amour si doux !

dit-elle au Seigneur.

BIBLIOGRAPHIE. — Humble Moisson, Le Dault, Paris, 1903, in-18. — Silences Brisés, Sansot et Cie, Paris, 1908, in-18.

CONSULTER. — A. LE BRAZ, préface à Humble Moisson. — PIERRE QUILLARD, Mercure de France, 1908. — ROBERT CATTEAU, La Dernière Heure (Bruxelles).


PLUS TARD


Plus tard, quand je serai la « Vieille Demoiselle »
Quand mes cheveux enfin seront devenus gris,
Vous laisserez venir sans que je les appelle
Les chers petits enfants dans mon triste logis.

Dans la grande maison quand je serai trop seule
Oh ! vous me les prêterez bien par charité !
Jfi les adorerai comme une douce aïeule
Dont la tendresse est presque une maternité.

Je les laisserai tous envahir les armoires.
En tirer pour jouer mes trésors d’autrefois :