Page:Ruskin - Sésame et les lys.djvu/63

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


mander pardon de l’ambiguité du titre sous lequel

    kin expose ainsi ses trois thèmes et à la fin de la conférence il les mêlera inextricablement dans la dernière phrase où sera rappelée dans l’accord final la tonalité du début (sésame graine), phrase qui empruntera à ces trois thèmes (ou plutôt cinq, les deux autres étant ceux des Trésors des Rois pris dans le sens symbolique de livres, puis se rapportant aux Rois et à leurs différentes sortes de trésors, nouveau theme introduit vers la fin de la conférence) une richesse et une plénitude extraordinaires. Sur la citation de Lucien elle-même la « Library Edition » donne un commentaire qui ne me semblerait exact que si cette citation servait d’épigraphe aux Jardins des Reines et non aux Trésors des Rois. En revanche elle note (et ceci est très intéressant) l’admiration de Ruskin (dont témoigne une note au crayon sur une copie du livre), pour un passage des Oiseaux d’Aristophane où la Huppe décrivant la vie simple des oiseaux dit qu’ils n’ont pas besoin d’argent et se nourrissent de sésame. Je crois simplement que Ruskin, un peu par cette idolâtrie dont j’ai souvent parlé, se complaisait ainsi à aller adorer un mot dans tous les beaux passages des grands auteurs où il figure. L’idolâtre notre contemporain, auquel j’ai souvent comparé Ruskin, met ainsi quelquefois jusqu’à cinq épigraphes en tête d’une même pièce. Ruskin en a bien mis successivement jusqu’à cinq en tête de Sésame et s’il a opté en dernier lieu pour celle de Lucien, c’est sans doute parce qu’étant plus éloignée que les autres du sentiment de sa conférence, elle était par là même plus neuve, plus décorative, et, en rajeunissant le sens du mot Sésame, en éclairait bien les divers symboles. Nul doute d’ailleurs qu’elle ne l’ait amené à rapprocher des trésors de la sagesse le charme d’une vie frugale et à donner à ses conseils de sagesse individuelle l’étendue de maximes pour le bonheur social. Cette dernière intention se précise vers le milieu de la conférence. Mais c’est le charme précisément de l’œuvre de Ruskin qu’il ait entre les idées d’un même livre, et entre les divers livres des liens qu’il ne montre pas, qu’il laisse à peine apparaître un instant et qu’il a d’ailleurs peut-être tissés après coup, mais jamais artificiels cependant puisqu’ils sont toujours tirés de la substance toujours identique à elle-même de sa pensée. Les préoccupations multiples mais constantes de cette pensée, voilà ce qui assure à ces livres une unite plus réelle que l’unité de composition, généralement absente, il faut bien le dire.

    Je vois que, dans la note placée à la fin de la conférence, j’ai cru pouvoir noter jusqu’à 7 thèmes dans la dernière phrase. En réalité Ruskin y range l’une à côté de l’autre, mêle, fait manœuvrer et resplendir ensemble toutes les principales idées — ou images — qui ont apparu, avec quelque désordre au long de sa conférence. C’est son procédé. Il passe d’une idée à l’autre sans aucun ordre apparent. Mais en réalité la fantaisie qui le mène suit ses affinités profondes qui lui imposent malgré lui une logique supérieure. Si bien qu’à la fin il se trouve avoir obéi à une sorte de plan secret qui, dévoilé à la fin, impose rétrospectivement à l’ensemble une sorte d’ordre et le fait apercevoir magnifiquement étagé jusqu’à cette apothéose finale. D’ailleurs, si le désordre est le même dans tous ses livres, le même geste de rassembler à la fin ses rênes et de feindre d’avoir contenu et guidé ses coursiers n’existe pas dans tous. Aussi bien ne faudrait-il pas voir là plus qu’un jeu. (Note du Traducteur.)