Page:Ruskin - Sésame et les lys.djvu/158

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


sont à la force de leurs peuples comme la rouille à l’armure, entassent des trésors pour la rouille, et les Rois-Voleurs des trésors pour le voleur[1] ; mais combien peu de rois ont jamais entassé des trésors qui n’avaient pas besoin d’être gardés, des trésors tels que plus ils auraient de voleurs, mieux cela serait. Vêtements brodés, seulement pour être déchirés ; casque et glaive faits pour être ternis, joyaux et or pour être dissipés : — il y a trois sortes de rois qui ont amassé ces trésors-là. Supposez qu’un jour survînt une quatrième sorte de roi qui aurait lu dans quelque obscur écrit de jadis, qu’il existe une quatrième sorte de trésors que les joyaux et les richesses ne peuvent égaler et qui ne peuvent non plus être estimés au poids de l’or. Une toile devenue belle pour avoir été tissée par la navette d’Athéna, une armure forgée dans un feu divin par une force vulcanienne, un or qu’on ne peut extraire que du rouge cœur du soleil même quand il se couche derrière les rochers de Delphes ; — étoffe pleine d’images brodées au cœur de son tissu ; impénétrable armure ; or potable[2] ! — les trois grands anges[3] de la Conduite, du Travail et de la Pensée, nous appelant encore et attendant au seuil de nos portes, pour nous mener par leur pou-

  1. Allusion à St Mathieu, vi, 19-20 : « Ne vous amasser pas des trésors sur la terre, où les vers et la rouille gâtent tout et où les larrons percent et dérobent. Mans amassez-vous des trésors dans le ciel où les vers ni la rouille ne gâte rien, et où les larrons ne percent ni ne dérobent. »
  2. La « Library Edition » nous apprend que c’est là le terme usité en alchimie pour signifier l’or dissous dans l’acide nitro-hydrochlorique, lequel était supposé contenir l’élixir de vie. (Note du traducteur.)
  3. Minerve, Vulcain, Apollon (voir On the old Road, tome Il, § 36). (Note du traducteur.)