Page:Ruskin - Sésame et les lys.djvu/110

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


œuvres[1], ceux-là sont les vrais enfants du brouillard[2], des nuages, ceux-là, sans eau[3], des corps, ceux-là, de vapeur putrescente et de peau, n’ayant ni sang ni chair, des cornemuses gonflées pour être cornées par les démons, corrompues et corruptrices, « gonflées de vent et des brouillards pestilentiels qu’elles respirent ».

24. Enfin revenons aux lignes relatives au droit de porter les clefs, car maintenant nous pouvons les comprendre. Remarquez la différence entre Milton et Dante dans leur interprétation de ce droit ; pour une fois c’est chez ce dernier que la pensée est la plus faible ; il suppose que les deux clefs sont celles de la porte du ciel ; l’une est d’or, l’autre d’argent ; elles sont données par saint Pierre à l’Ange Sentinelle et il n’est pas facile de déterminer ce que symbolisent les différentes substances des trois marches de la porte, ni des deux clefs ; mais Milton fait de l’une, celle d’or, la clef du Ciel, l’autre, de fer, est la clef de la prison dans laquelle les maîtres malfaisants devront être enchaînés, qui

    différent de notre moi profond, il ne doit pas être bon d’une manière purement formelle. Il doit exprimer la bonté de l’être. (Note du traducteur.)

  1. Cf. Bible d’Amiens, IV, 56, 59. « Je ne sais ni ne tiens à savoir à quelle époque la théorie de la justification par la Foi se trouve fixée, etc. ; elle reste aujourd’hui le plus méprisable des emplâtres populaires mis sur chaque déchirure de la conscience, etc… Si vous devez croire que quoi que vous commettiez d’insensé ou d’indigne, cela pourra, grâce à vos doctrines, être raccommodé et pardonné, moins vous croirez en un monde spirituel et surtout moins vous en parlerez, mieux cela sera, » Note du traducteur.)
  2. Cf. la Bible d’Amiens, III, § 41. Note du traducteur.)
  3. Allusion probable à S. Jude, xii. « Ceux-là sont des nuées sans eau. » Cf. On the old Road, et Unto this last : « Les nuages sont le réservoir de la pluie et s’ils ne donnent pas de pluie, etc. », § 74. 1 (Note du traducteur.)