Page:Rousseau - La Monongahéla, 1890.djvu/91

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
93
La Monongahéla

qui dispose de forces bien faibles jusqu’au printemps prochain. Voici ce que nous avons arrêté d’un commun accord. Afin de tenir sa garnison en haleine et d’enlever aux Anglais des forces pour combattre au retour de la belle saison, il tentera pendant l’hiver une expédition contre St-Jean de Terreneuve. Pour toute flotte, il ne possède que le vieux vaisseaux mouillé avec nous, qui suffira ; mais il lui manque un commandant capable de le conduire à bon port. Or, mes enfants, nous comptons tous deux sur l’un de vous.

Daniel lança un regard à son ami. M. de Bienville, qui les observait tous deux, se méprit sur la signification de ce regard.

— Je sais, dit-il, le chagrin que je vais vous causer en vous séparant ; mais le devoir parle, hésiterez-vous ? Je n’ai pas voulu faire de choix ; c’est à vous de décider lequel des deux restera ici.

— Mon commandant, reprit Daniel, le choix est tout fait : j’aurai l’honneur de partir avec vous, car je sais que M. de Neuville a de bonnes raisons pour désirer rester au pays.

— Vraiment ? fit M. de Bienville en jetant un regard interrogateur sur le jeune homme.

Nicolas de Neuville baissa les yeux et rougit, mais il ne répondit pas.

— Mon ami, je crois deviner, reprit M. de Bien-