Page:Rousseau - La Monongahéla, 1890.djvu/76

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
78
La Monongahéla

Pompon-Filasse se décida cependant à faire une nouvelle tentative pour rompre le silence inquiétant de Bertrand.

— Maître ? dit-il timidement.

— Qu’est-ce qu’il y a, mon garçon ?

— C’est y vrai que vous avez servi dans le temps sur le plancher des vaches et que vous vous êtes croché avec les terriens anglais.

— Oui, mon garçon. Qu’est-ce que ça peut te faire ?

— C’est que, maître, je voudrais avoir un renseignement.

— Parle, mon garçon,

— J’ai entendu dire par les soldats de la garnison, à Québec que les terriens anglais portaient des jupons ?

— Pour lors, répondit Bertrand en secouant les cendres de sa pipe, je ne connais dans toutes les armées du monde civilisé que les Écossais qui portent des jupons.

— Maître, reprit Pompon-Filasse, portent-ils aussi des coiffes ?

— Des coiffes ? fit Bertrand, je ne le crois pas. Tu veux dire des turbans ?

— Qu’est-ce que c’est que ça des turbans ?

— Qu’est-ce que c’est que des turbans ? espèce d’ignare cabillot. J’obtempère à te le faire connaître.