Page:Rousseau - La Monongahéla, 1890.djvu/71

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
73
La Monongahéla

Après plusieurs opérations d’embarquement et de débarquement, qui témoignaient de leurs divisions et de leurs inquiétudes, les Anglais furent contraints de se rembarquer avec précipitation poursuivis par un détachement que commandait un habitant du nom de Geranger. Le même jour, la plus grande partie de la flotte alla mouiller hors du bassin. Elle se réunit en dehors le premier septembre et fit voile pour Boston sans avoir osé attaquer le corps de la place.[1]

Tel fut le résultat de cette campagne des Anglais qui devait mettre fin pour toujours au règne des Français dans l’Acadie.

C’est quelques semaines après ce brillant exploit, que la Renommée vint mouiller dans le bassin de Port-Royal à la grande joie de tous ses habitants. M. de Subercase n’était pas très-rassuré sur le sort de la place. Quoique les Bostonnais se fussent épuisés pour la campagne qui venait d’échouer si misérablement, il n’ignorait pas qu’on ferait néanmoins une nouvelle tentative désespérée au printemps suivant, la reine d’Angleterre étant décidée à s’emparer coûte que coûte de l’Acadie.

M. de Subercase fit donc les plus grandes instances auprès de M. de Bienville pour le garder, lui et

  1. Ferland.