Page:Rousseau - La Monongahéla, 1890.djvu/64

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
66
La Monongahéla

les établissements français de l’Acadie étant plus à proximité des Anglais, ce sont ces parages qui avaient essuyé les assauts les plus fréquents. En 1704 les Anglais avait attaqué Beaubassin. Pour venger cette incursion, Hertel de Rouville détruisit les établissements de Deerfield et de Haverhill. C’est dans cette même année que Mgr de St-Valier fut pris sur le vaisseau du roi la Seine et amené captif en Angleterre où il fut retenu pendant huit années.

L’année suivante, un habile navigateur, nommé LaGrange,[1] qui avait fait la campagne de la Baie d’Hudson sous d’Iberville, s’ennuyant du repos où il était réduit, proposa au gouverneur et à l’intendant de fréter deux barques pour une expédition contre un port de Terreneuve. Il voulait ainsi venger l’injure faite au nom français par un forban anglais qui avait attaqué des navires pêcheurs à Percé, brûlé le village et l’église de cet endroit. Il engagea une centaine de jeunes canadiens, obtint une lettre de marque et se dirigea sur Bonavista où étaient arrivés quelques navires de guerre anglais qu’il se proposait de surprendre.

Pour n’être point découvert, rendu à douze lieues de ce poste, il laissa ses navires et continua sa route sur deux charrois. Entrant de nuit dans le port, il aborde une frégate de vingt-quatre canons, chargée

  1. Ferland, — Cours d’Histoire du Canada.